Un acte individuel pour Rosa Parks, un grand pas pour l’humanité

Publié le par Gérald Alexandre Roffat

La lutte contre la ségrégation raciale pratiquée dans le sud des Etats-Unis, dans les années 1950, a démarré à Montgomery (Alabama) à l'occasion d'un boycott de la compagnie d'autobus de la ville, coupable de tolérer la ségrégation dans ses véhicules.

Ce boycott a été entrepris après qu'une couturière noire,
Rosa Lee McCauley Parks ait refusé de céder sa place à un Blanc, le 1er décembre 1955.

Si Rosa Parks avait obtempéré,  la lutte contre la ségrégation raciale pratiquée dans le sud des Etats-Unis, aurait-elle démarré à Montgomery ? Martin Luther King aurait-il eu la même destinée ?

La grande dame est décédée lundi à l’âge de 92 ans.

Je retiendrai qu’une petite (en apparence) femme a été à l’origine d’un vaste mouvement qui allait aboutir à l'abolition de la ségrégation raciale dans le sud des  Etats-Unis.

Publié dans Jaune

Commenter cet article

A LIRE POUR COMPLETER/ Alias 30/10/2005 14:27

OPINION
27 Octobre 2005
Publié sur le web le 27 Octobre 2005
Ndzinga Amougou
« C'est une véritable légende vivante qui s'est éteinte lundi dernier aux Etats-Unis à l'âge de 92 ans.
Rosa Parks, modeste couturière noire de Montgomerry, dans l'Etat d'Alabama, avait tout simplement refusé de céder son siège à un Blanc dans un bus, un certain 1er décembre 1955. Ce geste incompréhensible aujourd'hui va prendre des proportions inimaginables et déclencher un combat gigantesque contre les lois ségrégationnistes alors en vigueur aux Etats-Unis.
Ces lois ségrégationnistes s'appliquaient à tous les secteurs de la vie courante : aussi bien au restaurant qu'au cinéma, en passant par le transport. Dernier orgueil de l'homme blanc : même les cimetières subissaient la dure loi de la ségrégation. Interdit d'inhumer un Noir (un homme de couleur) à côté d'un Blanc. Dans le domaine du transport, c'était encore plus absurde. Le bus était divisé en trois parties. L'avant, naturellement, était réservé aux Blancs. Les Noirs n'avaient même pas le droit de rester debout dans l'allée correspondante. Ils devaient rester à l'arrière du bus, où il n'y avait toujours pas de places assisses. Il y avait une " aile charnière " réservée aux Noirs, mais dès qu'un Blanc en avait besoin, le Noir était tenu de se lever. Ce 1er décembre 1955, Rosa Parks était assise dans " l'aile charnière ". Contrairement aux autres passagers noirs, elle refusa de se lever.
Comme il fallait s'y attendre, elle fut jugée et reconnue coupable, puis condamnée à payer quinze dollars d'amende. Ce que les autorités américaines n'avaient pas prévu, c'est qu'un incroyable mouvement de solidarité allait se créer autour de cette jeune femme de 42 ans, grande militante des droits civiques, par ailleurs. Le mouvement sera confié à un jeune pasteur inconnu à l'époque : Martin Luther King, avec le succès qu'on connaît. Le 13 novembre 1956, la Cour suprême américaine déclare la ségrégation anti-constitutionnelle. Une victoire pour cette pionnière des droits de l'homme, qui n'en espérait pas tant, un an seulement après son geste.
Cette victoire est d'autant plus éclatante qu'à aucun moment, cette femme humble n'a pas eu à prendre des armes pour combattre le gouvernement, ou à brûler les bus ségrégationnistes. Elle a seulement dit non à un représentant de l'establishment qui voulait appliquer une loi inique aux yeux de Rosa. Un exemple dont nos soi-disants combattants de la liberté devraient nous inspirer. »