Le ministre du Tourisme se dit victime de discrimination

Publié le par Gérald Alexandre Roffat

Léon Bertrand, ministre délégué au tourisme, affirme, dans Libération, être victime de discrimination à cause de son "physique exotique".

Dans : http://permanent.nouvelobs.com/politique/20051117.OBS5560.html , je cite:

« "Qui pourrait penser qu'un ministre puisse être victime de discrimination?", s’interroge le ministre dans les colonnes de Libération. "Personne! Et pourtant, plusieurs fois, lorsque j'ai reçu à mon cabinet des personnes qui ne me connaissaient pas physiquement, la marque de respect républicain 'Monsieur le ministre' allait de façon réflexe à mon conseiller, qui lui était blanc, et non à moi", affirme Léon Bertrand.

Des faits "mineurs" mais révélateurs

Pour le ministre délégué au tourisme, ces faits illustrent parfaitement les modes de pensée et les problèmes actuels.
 »

Pour le ministre, la discrimination et les problèmes d’ordre public sont liés. Disons qu’ils sont tellement liés dans la tête de certains « angéliques marquis poudrés donneurs de leçons »  que les « anges exterminateurs » émeutiers ont du coup trouvé un moyen d’excuser leurs crimes et de se poser en victimes !!!

« La victimisation et l'héroïsation sont une invitation à la récidive. » A. F.

Publié dans Orange

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Oliviegntchik 20/11/2005 14:31

Cela met surtout en lumière le caractère confidentiel de certains ministères.

non, messieurs, vous n'etes pas connu et donc pas reconnu. Cela fait aussi mal a entendre, le seul titre de ministre devant inspirer une sorte de respect incommensurable.

Qu'il se rassure, si on donne plus facilement du ministre à un " blanc", il n'en demeure pas moins un illustre inconnu pour le commun des mortels. A nommer des personnalités que leur seul ego rend indispensable et représentatif , on rencontre bien des désillusions.

25/11/2005 23:28

La discrimination est devenu une obsession chez certains comme le racisme a pu l’être et l’est encore. Le statut de victime fait-il rêver à ce point ?
Le conseiller de Léon Bertrand a davantage l’allure d’un ministre que son patron. C’est un scoop ! Pour ceux qui ne connaissent pas le ministre, sa photo se trouve sur : http://permanent.nouvelobs.com/politique/20051117.OBS5560.html
J’aimerai bien voir le profil de l’assistant mais c’est vrai que Monsieur Bertrand a autant d’allure dans sa fonction que Monsieur Douste-Blazy dans sa fonction de ministre des affaires étrangères !!! J’aurai pu choisir Azouz Begag mais je garde mes commentaires à son sujet pour plus tard. Heureusement que l’habit ne fait pas le moine, ni la tonsure d’ailleurs…
Bref, laissons les commentaires sur le charisme des ministres de côté. Parler de discrimination quand on parle de protocole, c’est n’importe quoi !!! Faudrait penser à autre chose, Monsieur le Ministre, même en qualifiant ces faits de « mineurs ». Ces faits ne sont pas « mineurs » ; ils sont inexistants. Quel est le préjudice subit. Mal à l’amour propre ?
Arrêtons la fabrication de « couillons » :
« Le conseiller de Léon Bertrand a davantage l’allure d’un ministre que son patron » donc « le ministre est victime de discrimination » !
« Des voyous incendient des biens publics ou privés. Ils s’attaquent à des innocents » donc « ces voyous sont victimes de discrimination » !
Je cauchemarde !!!
- Numéro 9 -