Discrimination et népotisme

Publié le par Gérald Alexandre Roffat

L'histoire d'Hamid illustre l’impact négatif des discriminations à l’embauche dans notre pays. Ce jeune diplômé a quitté la France faute d’y trouver ouverte la porte de l’ascenseur social. Si certains prennent l’escalier, la majorité des personnes discriminées doivent sortir de l’immeuble ou zoner dans le hall d’entrée.

Hamid prend aujourd’hui partie en faveur du modèle anglo-saxon ou nordique. On peut le comprendre. Néanmoins, les chiffres indiquent que l’Angleterre bénéficie d’un marché de l’emploi en faveur des jeunes diplômés. Dans le contexte français, la discrimination positive n’est pas, à mon sens, adaptée. Ce concept est d’ailleurs toujours discuté à l’étranger (exemple).

Ceci étant dit (je me répète inlassablement mais je ne peux pas me résoudre à laisser s’installer la discrimination positive en France sans exprimer mon opinion contre cette discrimination), je préfère sensibiliser un maximum de citoyens (au moins un)  à ma cause, via Internet de chez moi, plutôt que de brûler les voitures de mes voisins.

En fait, la manière dont est conduit le débat sur les discriminations à l’embauche est assez déroutant. Les Pères discriminants d’hier sont les Pères noël d’aujourd’hui avec la charte de la diversité, la discrimination positive et les quotas dans leurs hottes.

Les médias qui vouent tous leurs saints à la discrimination positive sont incapables d’ouvrir leurs portes à la diversité (allumez votre poste de télévision à 13h00 ou 20h00). Un exemple à 2 dirhams : Les 5 ans de la Star Ac’. La semaine de la finale, Télé Star titrait sur 1/5ème de couverture : « Polémique, Magalie, Devait-elle aller en finale ? Nos lecteurs mécontents, La prod désavouée. »

Le « vilain petit canard » venait de remporter la finale filles. Sur les 4/5ème de couverture, Jenifer et Nolwenn (mignonnes brunettes), les gagnantes de deux des précédentes éditions. La semaine d’après, Laurent Gerra en couverture et pas trace de la gagnante de la 5ème Star-Ac’ dans le journal TV. Je rêve ?

A lire les articles suivants, on hallucine :

http://www.actustar.com/actualite/200512/20051219e.html

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3236,36-722555@51-722633,0.html

Tout un foin, parce qu’une jeune femme plutôt ronde a été préférée par le public. « Mais que se passe-t-il ? » diraient nos inconnus en power rangers. Derrière ce foin, la vraie question est comment faire des €€€ avec cette jeune femme ?

Dur, dur d’être une jeune femme plutôt ronde en France, apparemment. A tel point que Delarue nous fait une émission, il y a peu, sur ces hommes qui préfèrent les femmes fortes. Quel niveau !

Dans la patrie d’Obélix, il n’est pas nouveau d’entendre ce genre de préjugés mais je trouve cela désolant.

Hamid et Magalie sont représentatifs de deux types de discriminations. Il en existe tellement d’autres qu’on peut se demander qui ne risque pas d’être un jour victime de discrimination, à l’embauche ou ailleurs ?

Mais alors, l’ascenseur social est en panne pour tout le monde ? Disons qu’on peut faire un peu de place mais pas trop. Par on, j’entends les élites en place, voire les familles. De nouvelles lignées fondées partiellement sur la célébrité sont en train de s’imposer, à travers le monde. C’est assez comparable au système des caste en Inde. On a la caste des politiques ou les familles : Gandhi, Bush, Delors, Debré, Hollande, Le Pen, Clinton (pour les plus connus) et autres. Quelle concentration de talents !!! Je blague. Le plus fort, c’est quand le monde des politiques flirte avec le monde des médias (mais je ne ferai pas mon journaliste à Voici aujourd’hui).

Le népotisme est selon l'usage courant, le favoritisme à l'égard de parents ou d'amis, notamment dans le contexte de nominations à des postes avantageux, au mépris du mérite ou de l'équité. Quand le népotisme s’installe en politique et dans les médias (entre autres), pas étonnant d’évoluer dans un univers sclérosé.

C’est bientôt Noël. On espère que la France va enfin laisser ses talents s’exprimer, qu’Hamid va trouver ici le job de ses rêves et que Magalie va poursuivre son rêve et faire carrière dans la chanson ;) Mmm… en même temps, si on attend le Père Noël. Il vaut mieux se prendre en mains et ouvrir les yeux. Notre système de reproduction des élites fonctionne en circuit fermé. C’est aussi cela le problème de notre société. C’est ce que j’avais envie d’exprimer aujourd’hui :)

Publié dans Orange

Commenter cet article

VivaPlatini 22/12/2005 22:40

« Quelles sont aujourd’hui les valeurs du foot ?Michel Platini. C’est un jeu, le plus beau des jeux. Le foot a toujours été un lieu privilégié dans les quartiers populaires. À mon époque, les immigrés étaient italiens. Nous vivions la même chose qu’aujourd’hui. Mon père s’est occupé du club de Joeuf pendant trente ans, à une époque où ce n’était pas facile. Avec les « Ritals » et ce côté un peu difficile de l’intégration. Le foot n’a jamais cessé d’aider les jeunes à se trouver des passions pour qu’ils vivent mieux leur vie. Il a toujours été la plus grande compagnie de baby-sitting au monde. On continue de confier nos enfants à des bénévoles formidables les mercredis après-midi et les week-ends. Je suis né là-dedans et je partage cette philosophie. Il faut que les structures du sport aident les bénévoles à poursuivre le mouvement. Malheureusement, ceux-ci trouvent actuellement qu’il y a beaucoup d’argent ailleurs. Mais pas beaucoup pour les aider.Le football n’a-t-il pas été un alibi pour l’intégration, avec la France black-blanc-beur de 1998 notamment ?Michel Platini. Ceux qui ont parlé de la France black-blanc-beur étaient en retard de trente ans. La France est depuis longtemps black-blanc-beur. En 1998, j’ai été choqué par ce discours. Je me suis dit : « Tiens, des gens ont découvert que la France était comme cela. » Ces personnes-là ne regardent pas beaucoup autour d’eux. Les considérations des Français sur les immigrés n’ont pratiquement pas changé depuis cent ans. Un jour, j’étais reçu par un adjoint au maire à Belfort en tant qu’entraîneur de l’équipe de France. Dans son discours, l’élu a parlé de moi comme d’un bon exemple d’intégration. J’ai failli l’insulter.Pourquoi ?Michel Platini. J’ai été très surpris parce que je ne me suis jamais considéré comme étranger. Je n’avais jamais parlé italien, mon père non plus. Mon grand-père parlait lui aussi français. Je suis de troisième génération. Il était temps que je sois intégré ! L’histoire du foot est intéressante à observer. Quand on regarde les quatre ballons d’or français, c’est exactement l’histoire de l’immigration en France. Il y a d’abord Kopa, Platini, puis, après Papin, Zidane. Celarecoupe parfaitement les époques de l’intégration des étrangers en France. En 1998, la France était black-blanc-beur depuis au moins vingt ans. Je pense que certaines personnes qui nous dirigent ne connaissent pas leur pays. Ce n’est pas faire de la politique que d’affirmer cela. » Je cite un extrait de l’interview de Michel Platini accordée au journal l’Humanité.Bravo Michel. On t’aime !

Marianne 22/12/2005 21:38

C’est vrai, Oliviegntchik. La bien-pensance me crache dessus autant que faire se peut mais qu’ils sachent tous que je ne suis ni pute ni soumise. Un article intitulé « Cités. L’enquête qui défrise le Mrap » dans le journal qui porte mon prénom indiquait ce matin, je cite :
« Le journal Lyon Mag a fait réaliser, par l’institut CSA, un sondage dans les banlieues lyonnaises, ciblé sur les immigrés et les enfants d’immigrés. D’où il découle :1) que 84% des jeunes des cités (de moins de 25 ans) désapprouvent les incendies de voitures (même si 56%, contre 28%, les comprennent) ;2) que 30% rêvent d’être… chefs d’entreprise ;3) que 2 seulement se sentent proches de l’extrême gauche, contre 31% du PS (et 2% de l’UMP) ;4) que 73% sont confiants dans leur avenir ;5) que 50%, contre 46%, jugent que les Français ne sont pas racistes.Faut-il préciser que les médias bien-pensants ont fait peu de cas de cette enquête ? Serge Maury »
On veut ma peau et monter mes enfants contre moi ! Je porte le bonnet phrygien qui était porté par les esclaves affranchis en Grèce et à Rome. Je suis une femme, symbole de liberté. Je le répète, ni pute ni soumise, ni en double page ni en burqa. Je n’ai pas de religion mais j’affirme mes valeurs.
Marianne

Gérald Alexandre Roffat 22/12/2005 21:43

; ) à Marianne et Oliviegntchik pour les commentaires. Je suis demandeur, avec ou sans pseudo.
J'ai pas l'impression d'être raciste, et vous?

Oliviegntchik 22/12/2005 20:38

sur la "grosse" gagnante  de starac, franchement son election reste pour moi un mystère.si on ne la voit pas plus souvent en couverture, c'est qu'elle merite sans doute une double page centrale pour étaler son talent.je sais plus quel magazine faisait cela, des dames en double page centrale ... qui sait dans une carrière :)

Oliviegntchik 22/12/2005 20:35

L'histoire d'hamid, c'est un peu dur à lire. A lire cela, on a l'impression que ce pays n'est composé que d'affreux mechants qui crachent sur les arabes pour le plaisir.je sais pas si c'est ce que tu as constaté autour de toi. j'ai le sentiment de vivre sur une autre planète.on lui a craché à la figure ? sans doute. on l'a "insulté ", sans doute.pas moins qu'un fils de prolo qui se retrouve a HEC quand tout le monde parle de ses vacances aux antilles.serait il devenu aussi ce qu'il est sans cela ? peut etre pas. la france ne l'aime pas ? SUREMENT pas. des français ne l'aime pas, nuance.quand au royaume uni au tout est beau et sans discrimination, faut aussi aller faire un tour dans pas mal d'ecoles publiques, et on verra quel sort on reserve a ceux qui ne peuvent aligner le carnet de cheque de papa.je lui souhaite de prendre sa revanche sur les imbeciles qui le qualifiait de tache dans leur stats, pas de devenir aussi cons qu'eux en mettant tout le monde dans le même panier et en nous affichant uen réussite matérielle qui n'est pas tout dans la vie.