Dieudonné Mballa Mballa est-il anticommunautariste ?

Publié le par Gérald Alexandre Roffat

Dieudonné Mballa Mballa a présenté mercredi 28 décembre à Lille son intention d'être candidat à l'élection présidentielle de 2007 comme une « candidature anticommunautariste » destinée à « pousser les élites en place à se positionner clairement sur certains sujets ».

Il a indiqué qu'il était prêt à « passer par une discrimination positive pour pouvoir décommunautariser » bien que ce soit « un constat d'échec de l'intelligence ».

« J'étais pour la loi sur la parité. Il y a eu une discrimination positive pour les femmes. On est passé par cette loi d'exception et je pense qu'il en sera de même pour d'autres minorités. »

« Sur le modèle de la parité, je suis prêt à en passer par la discrimination positive », a-t-il ajouté.

Ainsi, l’amuseur Dieudonné rejoint Sarkozy sur la promotion de la discrimination positive pour aussitôt se démarquer  du ministre, par ce communiqué sur la question de l’histoire :

« Le ministre de l’Intérieur vient une nouvelle fois de s’illustrer en procédant à la nomination du dénommé Arno Klarsfeld en tant que "chargé de mission" concernant "la loi, l’histoire et le devoir de mémoire".
Mr Klarsfeld, militant ultra sioniste, est devenu citoyen Israélien en choisissant de faire son service militaire en Israël, sous l’uniforme des "gardes frontières", dont l’activité principale est l’humiliation et la persécution des populations palestiniennes occupées.
Cette nomination constitue une véritable provocation pour tous les républicains soucieux de l’égalité entre tous les citoyens et attachés à un débat historique libre, pluraliste et apaisé.
Elle démontre s’il en était besoin, l’inconséquence et la duplicité de Nicolas Sarkozy, qui entraîne la République dans la haine communautaire et assure la promotion d’une idéologie néo-conservatrice dangereuse et rejetée par le peuple français.
L’histoire et la mémoire de la République Française n’ont pas à être mises sous tutelle de l’Axe du bien.

N’en déplaise à son laquais Sarkozy, elles sont la propriété de tous les citoyens.
Monsieur Sarkozy démontre par ses agissements qu’il est indigne des fonctions qui sont les siennes et inapte à celles auxquelles il aspire.
Je demande donc à messieurs Villepin et Chirac de démissionner monsieur Sarkozy et de révoquer monsieur Klarsfeld. »

Tout est lié. On légifère pour marquer du sceaux de l’infamie l’histoire de France. On se pose en victime universelle et on réclame des droits, des avantages, des privilèges afin de réparer les souffrances subies par les ancêtres. Chaque Français trouvera bien sa famille, sa communauté de victimes pour revendiquer le droit à la différence, à la différenciation, à la discrimination, à la discrimination positive. De par son appartenance revendiquée ou non à une communauté, on sera discriminée positivement ou négativement.

Mais comment cela va-t-il tenir ? Aux Etats-Unis, le patriotisme exacerbé permet peut-être de garantir une cohésion nationale. Mais en France ? Aujourd’hui, le seul fait de se dire fier d’être français peut être taxé de xénophobie. On siffle en France la Marseillaise ou on n’ose pas la chanter… Quand chacun se reconnaîtra dans une communauté avant de se reconnaître français, la cohésion nationale sera un souvenir. La nation, groupe humain constituant une communauté, ne sera plus. Une multitude de communautés reconnues ou en faisant la demande* se fera bataille pour obtenir la réalisation d’une discrimination positive organisée par l’Etat.

Non, Monsieur Dieudonné ne peut pas nous convaincre de lutter contre le communautarisme en utilisant le communautarisme. D’ailleurs, je ne le crois pas sincère. Il est l’instigateur d’une certaine agitation aux Antilles qui vise à transformer le sentiment d’appartenance à la nation en un sentiment d’appartenance à un mythique « peuple noir » universel. Je comprends son point de vue. Le communautarisme a si bien servi à certains qu’il veut faire de même afin de relever la condition des noirs ou assimilés.

OK, mais qu’il ne trompe pas les gens en se déclarant anticommunautariste.

Gérald Alexandre Roffat

* Voir « hun » Rufus Honoré : http://recrutement.over-blog.com/article-482897.html

Publié dans Orange

Commenter cet article

Niko 21/09/2006 00:18

10% d'intentions de vote ?! quelle blague. il  n'y a pas de sondage sur lui puisqu'il n'est pas un candidat crédible et qu'on sait qu'il n'aura pas ses signatures. Sur les sites de vote en ligne (genre votez2007.com) sur plus de 5000 votants uniques par exemple, il fait moins de 0,5% ! C'est pas scientifique mais ça donne une idée. A mon avis les dieudonnistes meme sur ce site sont surreprésentés !
si vous voulez en savoir plus sur lui : http://vigilance-laique.over-blog.com/categorie-840677.html

Gérald Alexandre Roffat 21/09/2006 16:37

Malick De Billal,
Merci pour votre contribution. Pour ou contre la discrimination positive? Débat difficile. Avons-nous intérêt à importer cette solution, sur le terrain de la lutte contre les discriminations raciales ? Je ne le crois pas.
L'arsenal législatif existant me semble en effet suffisant contrairement aux moyens...
La brigade des affaires sanitaires et des libertés publiques s'occupe des infractions dans les domaines des libertés publiques, de l'état civil, de la presse, du racisme, des associations, des professions judiciaires et juridiques, des atteintes à l'autorité de la Justice, de correspondances, de santé publique, de contrefaçons et de sectes.
Cela fait beaucoup pour une brigade qui à ma connaissance est réduite et écrasée par le nombre de dossiers !
On peut créer de nouvelles dispositions législatives ou réglementaires et créer la Halde. Si la volonté politique est faible, tout cela n’est que de la poudre aux yeux ! Espérons que les choses changent, que les mentalités évoluent. Je veux le croire.
Cordialement,
Gérald Alexandre Roffat






Roland 14/08/2006 01:05

En tout cas Dieudonné est le seul candidat à parler (et même il s'en réclame) de Hugo Chavez et Evo Morales. Un bon point.Je le souçonne d'être le seul candidat vraiment de gauche !S'il sait bien s'entourer, ne pas se limiter au thème du racisme  enti-noirs, et ne pas "déraper" sur certains sujets, il peut être le meilleur candidat!(Il paraît que des sondages confidentiels, qu'"on " se refuse à rendre publics, lui donnent 10% des intentions de vote)

Le candidat Dieudonné en débat 07/01/2006 17:17

Le candidat Dieudonné en débat L'article de l'Observatoire du Communautarisme "Dieudonné, pompier pyromane" a suscité de nombreux débats, en particulier parmi les réseaux de soutien à l'humoriste, et notamment la réaction de Marc George, président du Cercle République Sociale, que nous publions. Dieudonné, un pompier contre les pyromanes par Marc George, président du Cercle République Sociale
Décidément, Dieudonné pourra se targuer d'avoir fait "bouger les lignes" par ses positions iconoclastes et courageuses ! Voilà que même l'Observatoire du communautarisme en perd son latin républicain... Ne sachant pas très bien si l'humoriste est un pyromane ou un pompier, l'Observatoire prend le parti de le présenter comme étant les deux à la fois. Quitte hélas à recourir à certaines méthodes journalistiques que l'on croyait réservées aux grands médias néo-libéraux et politiquement corrects.
Prétendre en effet que l'anticommunautarisme de Dieudonné serait suspect parce qu'il a loué son théâtre à un groupuscule "kémite" n'est ni très sérieux ni très honnête : Dieudonné est viscéralement attaché à la liberté d'expression et n'avait pas de raison de refuser cette location qui ne l'engageait en rien. De plus, ayant constaté certaines dérives racistes de ce groupuscule, il a clairement indiqué sa réprobation et annoncé qu'il refuserait dorénavant la présence de celui-ci à son théâtre.
Le second argument n'a semble-t-il pas même convaincu son auteur, qui s'est arrangé pour qu'on ne le comprenne pas. Dieudonné nous dit-il serait communautariste parce qu'il utilise le "thème fallacieux" de l'esclavage. Outre qu'au contraire d'un argument, un thème ne saurait en français être "fallacieux", on ne voit pas très bien en quoi l'exigence d'un travail d'information sur ces monstruosités que furent l'esclavage et la traite des noirs menacerait l'unité de la République. Il m'apparaît même qu'une célébration annuelle de son abolition, à mettre au crédit de la France, serait de nature à favoriser l'unité de la nation à laquelle vous et moi sommes par dessus tout attachés.
Dieudonné, dans sa déclaration officielle de candidature, que vous mettez en lien sans la commenter, se propose d'abroger l'ensemble des lois d'inspiration communautariste, et notamment les lois Gayssot et Taubira. Peut-on être plus clair dans l'exigence de liberté et d'égalité républicaine ?
Dieudonné au contraire de ce que vous affirmez, ne demande en rien la généralisation des exceptions mais la fin du deux poids deux mesures. "Si vous avez le droit de mettre la France à genoux pour ses "crimes", alors nous aussi", dit-il en substance aux communautaristes culpabilisateurs. Mais il ne demande pas une loi Gayssot bis. Il demande l'abrogation et la liberté de recherche, la transmission du savoir historique par des moyens classiques. C'est cette exigence d'égalité et de liberté qui rend malade de haine les communautaristes juifs, qui tentent par tous les moyens de discréditer le métis rebelle.
Vous êtes, à l'Observatoire, bien trop lucides pour ne l'avoir pas compris, alors pourquoi ne pas le dire ? Certains communautarismes seraient-ils à vos yeux de jeunes observateurs ambitieux, plus égaux que les autres, pour reprendre la phrase d'un illustre prédécesseur de Dieudonné ?
Sur la discrimination positive vous faites dire à Dieudonné autre chose que ce qu'il a dit, sur la base d'une brève du Nouvel Observateur. S'il a envisagé cette discrimination positive, c'était uniquement dans la perspective peu souhaitable d'une victoire du néo-libéralisme cher à Sarkozy. Dans cette hypothèse de défaite de l'intelligence républicaine, la discrimination positive deviendrait nécessaire pour les minorités ethniques afin de sortir du ghetto et de l'exclusion sociale. Mais telle n'est pas son option : sa déclaration de candidature est là encore sans ambiguïté.
Enfin, l'exacerbation des communautarismes n'est pas le fait de Dieudonné mais d'un communautarisme exacerbé, qui ne supporte pas que la République puisse se pencher sur d'autres souffrances ou drames que les siens, tant les dividendes qu'il en retire sont considérables. La perspective de voir la monstrueuse traite des noirs et ses dizaines de millions de morts supplanter le "crime absolu" est tellement insupportable à certains communautaristes, qu'ils en viennent aujourd'hui à réclamer l'abrogation de l'infâme loi Gayssot, tablant sur leurs positions politico-médiatiques pour garder un avantage que le droit menace de leur faire perdre.
Vous semblez douter que Dieudonné soit assez malin pour l'avoir compris. Serait-ce le fait que vous ne l'ayez pas compris vous même qui vous conduit à cette assertion gratuite et un peu méprisante ?
Quant au bénéficiaire final de cette bataille contre les vrais communautaristes, que vous envisagiez qu'il soit le représentant d'une majorité, ne se reconnaissant dans aucune "communauté" minoritaire, doit vous emplir d'aise et achever de vous convaincre de la justesse du combat de Dieudonné, le pompier qui défait les pyromanes !
Note de l'Observatoire du Communautarisme : Le texte de Marc George contient plusieurs interprétations erronées de l'article publié par l'Observatoire du Communautarisme sous le titre "Dieudonné, pompier pyromane". Ainsi, le fait de qualifier de "fallacieux" le débat actuel sur l'esclavage visait à souligner notre étonnement de voir surgir une question qui a été réglée, et de quelle manière !, par la République française : l'esclavage a été aboli en France à chaque fois que la République a été instituée. Il ne faudrait pas l'oublier. L'Observatoire du Communautarisme critique dans son principe la loi Gayssot qui est à l'origine d'une spirale infernale d'immixion du politique dans le travail historiographique. Si c'est aussi la position de Dieudonné, il devrait critiquer de la même façon les militants noirs qui ont traîné devant les tribunaux un historien coupable à leurs yeux d'avoir mis à mal par ses travaux sur les traites négrières la "vérité historique" instituée par la loi Taubira. Quant à la discrimination positive, elle est défendue depuis longtemps par Dieudonné qui était l'un des premiers soutiens du Collectif Egalité de Calixthe Beyala réclamant notamment des quotas de noirs à la télévision. Enfin, il semble que le dernier paragraphe de notre texte n'ait pas été compris par Marc George. * "Dieudonné, pompier pyromane", Observatoire du Communautarisme, 30 décembre 2005 : (Lire en ligne) * "Quand Dieudonné joue de la dialectique, Pierre Tévanian, l'un des animateurs de la contestation « anti-colonialiste », s'emmêle les pinceaux", Observatoire du communautarisme, 18 septembre 2005 : lire en ligne * "Dieudonné : rappel des principaux faits entourant la polémique", Observatoire du communautarisme, 26 février 2005 : lire en ligne * Lire aussi le débat suscité par ce texte entre les internautes de TV Dieudo (cliquer ici)
Samedi 07 Janvier 2006 http://www.communautarisme.net/Le-candidat-Dieudonne-en-debat_a664.html

Dieudonné, pompier pyromane ? 01/01/2006 14:41

Dieudonné, pompier pyromane ? L'humoriste se présente comme un "candidat anticommunautariste" à l'élection présidentielle. Un positionnement qui a de quoi surprendre au vu des discours et des prises de position de Dieudonné. Le 28 décembre, une semaine après voir annoncé son intention de se présenter à l'élection présidentielle, Dieudonné a expliqué sa démarche avant une représentation de son spectacle à Lille. Selon Dieudonné, "c'est une candidature anticommunautariste qui veut croire dans les valeurs de la République et qui va interroger la République dans ses incohérences".
Par les temps qui courent, on devrait se réjouir que l'anticommunautarisme suscite des vocations. Mais il n'est pas certain que Dieudonné soit le mieux placé pour porter le discours anticommunautariste. S'il critique parfois à raison les associations communautaires juives et l'utilisation que certaines d'entre elles font de l'histoire tragique du génocide juif, Dieudonné agit de la même façon avec les activistes noirs et le thème fallacieux de l'esclavage comme si la France appliquait l'apartheid. Une ambiguïté qui le conduit aussi à apporter son soutien logistique -en leur prêtant son Théâtre de la Main d'Or- aux militants du parti kémite qui prônent une séparation des noirs et des blancs. De même, s'il est légitime de s'interroger sur le "deux poids, deux mesures" qui fait qu'il est moins grave pour les élites de se comporter comme Finkielkraut dans Haaretz que comme Dieudonné chez Fogiel, il est regrettable que cela aboutisse chez "Dieudo" à revendiquer la généralisation des exceptions plutôt que leur abandon. Tout comme il rejoint ses ennemis déclarés, "les communautaristes", en entonnant avec eux le refrain de la France coupable et de son histoire criminelle.
C'est le drame de l'anticommunautarisme que d'être souvent récupéré par des militants communautaristes et de se résumer dans les faits à servir d'arme dans les joutes intercommuntaires. Comme par exemple Caroline Fourest, ancienne présidente du Centre Gai et Lesbien, qui se présente comme la pasionaria anti-Tariq Ramadan en fustigeant le communautarisme musulman qui se heurte surtout à son féminisme radical et son relativisme sexuel. Ou encore Patrick Klugman, membre du comité directeur du CRIF et ancien président de l'Union des étudiants juifs de France, qui n'a de cesse de dénoncer le communautarisme musulman sans se demander si ses responsabilités dans les instances communautaires juives ne disqualifient pas son discours sur l'islam ou les banlieues. Idem pour Alain Finkielkraut qui alerte sur les dangers du communautarisme dans les cités au micro de... Radio Communauté Juive ! L'anticommunautarisme mérite sans doute de meilleurs porte-paroles... Mais pas Dieudonné !
D'ailleurs, par ses propositions, le "candidat anticommunautariste" ne se distingue pas tellement de ceux qu'il prétend combattre. Ainsi, comme Sarkozy, Dieudonné se dit prêt à "passer par une discrimination positive pour pouvoir décommunautariser" même s'il y voit "un constat d'échec de l'intelligence". Alors quoi, une victoire de la bêtise ? En mesurant les positions respectives de différents groupes "identitaires" pour parvenir à les équilibrer, la discrimination positive réintroduit juridiquement des corps intermédiaires que la Révolution avait dissous pour leur substituer l'individu citoyen. C'est l'exemple type de la mesure d'inspiration communautariste préférée au modèle intégrationniste fondée sur l'égalité formelle entre les citoyens garantie par l'absence d'intermédiaire entre eux et la nation.
Dans un contexte où les revendications communautaires structurent les débats politiques et sociaux, en prospérant sur la complaisance médiatique et la terreur qu'elles inspirent aux gouvernants, le positionnement anticommunautariste est sans doute porteur. En effet, il y a fort à parier que le communautarisme, qui questionne le fameux modèle social français, sera un thème-clé de la campagne présidentielle. Aussi n'est-il pas farfelu de parier que l'étendard anticommunautariste rassemblera tous ceux qui s'agacent de voir qu'il faut aujourd'hui se proclamer différent et lamenter sur sa souffrance pour attirer l'attention des élites. On pourrait ainsi voir dans Dieudonné quelqu'un qui, comme disait l'autre, "pose les bonnes questions mais apportent de mauvaises réponses" en favorisant la concurrence victimaire et l'affrontement intercommunautaire là où il faudrait au contraire redéfinir le compromis fondamental.
"L'anticommunautarisme" de Dieudonné s'exprime à travers une exacerbation des communautarismes qui se heurtent les uns aux autres sur un champ de bataille déserté par des responsables politiques qui ne jouent même plus le rôle de force d'interposition. Il s'agit d'une épreuve de force entre "minorités" qui, peut-être, aboutira in fine à un cessez-le-feu de raison avant qu'il ne soit trop tard. Un anticommunautarisme qui se manifesterait en poussant à bout la logique absurde du communautarisme ? Il faudrait alors décrypter la stratégie de Dieudonné au troisième ou au quatrième degré... On peut douter que Dieudonné soit à la fois aussi finaud et machiavélique.
Dans un climat très conflictuel où seuls ceux qui sont dans l'outrance ont la parole, force est de constater que les voix qui prônent un retour aux principes fondateurs de la République plutôt que des solutions démagogiques énoncées à destination des plus bruyants sont marginalisées au motif qu'elles exprimeraient un "formalisme républicain" dépassé. Il serait peut-être temps de les écouter si l'on ne veut pas laisser la thème de l'anticommunautarisme à Dieudonné, ou à un autre. Car on peut se demander si, au final, la surenchère communautariste, loin de profiter à Dieudonné, ne bénéficiera pas plutôt au porte-voix de la "communauté" majoritaire, celle des "gaulois" en exaspérant encore davantage ceux qui ne se reconnaissent dans aucune communauté, cette majorité de gens qui n'appartiennent à aucune minorité ? Celui qui pourrait bien, une fois encore, se retrouver au deuxième tour de l'élection présidentielle. Ce serait paradoxal pour Dieudonné qui est entré en politique pour s'opposer au Front National..
Sources : Déclaration du candidat Dieudonné Mbala Mbala aux élections présidentielles, Dieudonné, "candidat anticommunautariste", Permanent Obs, Vendredi 30 Décembre 2005
http://www.communautarisme.net/Dieudonne,-pompier-pyromane-_a663.html

Oliviegntchik 31/12/2005 03:14

si ce monsieur veut se présenter à la présidentielle, je ne vois pas ce qui devrait l'en empecher.quand au fait qu'il dise ne pas etre communautariste, je n'ai jamais entendu Jean Marie le Pen dire qu'il est raciste.je le préferais quand même du temps de son skectch sur le grand Ghana, gourou d'une secte qui adorait les cartes bleus de ses adherents :)

Pas de pseudo: Gérald Alexandre Roffat 31/12/2005 13:06

Techniquement, la dernière fois qu’il s’est présenté, il n’a pas eu les 500 signatures. Cette fois, il s’imagine les avoir. Je crois que le système a été élaboré par Charles DE GAULLE afin d'éviter un trop grand nombre de candidats.
500 signatures ou pas, je souhaite que Dieudonné puisse s’exprimer afin qu’il se positionne clairement sur certains sujets ;) Pour Elie, Dieudonné est un « Le Pen de gauche ». Les médias vont donc, à mon avis, lui appliquer le même traitement qu’à Le Pen. J’ai effectué une petite recherche qui confirme ce que je pensais. Je trouvais étrange le silence de Le Pen dans les médias pendant les émeutes urbaines. Stratégie ? Au final, sur le site du FN, Le Pen déclare ne pas avoir été invité, à une exception près prévue de longue date, et être exclu du débat démocratique. Il se dit victime. On peut évaluer depuis 2002 toute la pertinence de la stratégie de diabolisation du FN.
Je ne souhaite pas la diabolisation  de Dieudonné ou de Le Pen. Je souhaite le débat, la liberté d’expression (dans le cadre du respect de la loi). Je regrette le temps des vrais débats politiques à la télévision. Chacun avait le temps de s’exprimer clairement (ou non) sur certains sujets. On repérait plus facilement qu’aujourd’hui les incohérences dans le discours de certains. Le débat politique qui se limite aux petites phrases n’est pas sain. Il favorise les dérapages.
Je réclame la liberté pour l’histoire mais aussi pour moi et mes contemporains. Les stratégies de diabolisation ou de victimisation qui se développent actuellement me semblent contraires à mes valeurs. Je veux combattre les idées racistes, xénophobes, discriminatoires et communautaristes, par les idées, dans le cadre d’un débat démocratique.