Je vous recommande THE CONSTANT GARDENER

Publié le par Gérald Alexandre Roffat

Mon blog est un blog perso avant d’être une contribution au débat sur les discriminations à l’embauche. En fait, je l’ai inscrit dans la catégorie société ne trouvant pas de catégorie pourpre. Tout cela pour vous dire (trop de blah blah diront certains) que je vous recommande le film que je viens de voir. Il s’agit de THE CONSTANT GARDENER. Pour en savoir plus, allez voir le film. Attention, ce n’est pas un film d’action et je ne rembourse pas si vous n’êtes pas satisfait.

Je n’aime pas qu’on me raconte un film avant d’aller le voir. Sachez juste que le personnage principal est un diplomate très british au Kenya… vous n’en saurez pas plus de ma part.

Publié dans Indigo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fiso 26/03/2007 11:12

Nous sommes donc d'accord puisqu'en effet, loin de moi l'idée d' attribuer les guerres et maladies aux lobbys occidentaux. Je regrette juste qu'on ne nous dise pas toute la vérité. Et j'attribue bien évidemment la responsabilité de la situation actuelle aux dirigeants africains qui s'enrichissent sur le dos de leur peuple et me semblent, pour la plupart, bien peu patriotes. Je regrette aussi le culte du chef et le fatalisme qui anihile toute rebéllion contre l'injustice.  

Fiso 25/03/2007 22:07

Ce type de cinéma permet surtout de rétablir la vérité sur les raisons des guerres et des maladies en Afrique, ou plutôt sur les raisons pour lesquelles la situation ne s'améliore pas. Le téléspectateur lambda prend le journal de 20 heures pour la vérité absolue et n'a pas d'esprit critique. On nous parle sans cesse des prêts consentis aux pays dits pauvres mais pas du lobby des laboratoires pharmaceutiques qui refusent les médicaments génériques à l'Afrique ou des juteuses ventes d'armes dans des pays déjà exsangues. Les guerres sur le continent africain et les tensions entre Inde et Pakistan sont dûes à la colonisation. Et personne, en tout cas pas les puissances occidentales, n'a intérêt aujourd'hui à ce que la paix se rétablisse.
Diviser pour mieux régner, toujours.

Gérald Alexandre Roffat 26/03/2007 00:00


Si vous voulez dire que la colonisation fut négative, je partage votre opinion. Si vous voulez dire que la gestion de l’après colonisation par les anciens colonisateurs fut et demeure négative, je partage votre opinion. Si vous voulez dire que certains lobbys (pétrolier, armement, pharmaceutique) gangrènent nos sociétés et le monde en général, je partage votre opinion.
Par contre, il me paraît en effet utile de préciser que le commerce d’armes n’est pas à l’origine des guerres en Afrique et que le commerce pharmaceutique n’est pas à l’origine des maladies qu’on trouve sur notre planète et en particulier en Afrique. Il ne faut quand même pas exagérer.
Par ailleurs, les africains se battaient entre eux avant la colonisation tandis que musulmans et hindous faisaient de même sur le sub-continent Indien. Si les puissances occidentales n’ont pas les mains propres (ventes d‘armes, ingérences), il ne faudrait pas oublier que sont des mains locales qui tiennent les bâtons, les machettes, les kalachnikovs, les canons qui tuent!
Et que dire de la responsabilité des dirigeants africains parfois démocratiquement élus? Que dire de la responsabilité des élites africaines? Que dire de la responsabilité des extrémistes musulmans et hindous? Des peuples?
Rétablir la vérité est un objectif ambitieux qui nécessite à minima d’étudier ces sujets sous différents angles. Le cinéma y participe. Pour autant, c’est comme pour le 20h00, à consommer avec esprit critique!

Fiso 23/03/2007 23:39

J'aime cette nouvelle vague de cinéastes qui nous offrent une autre lecture de la misère africaine. Dans le même genre, "Lord of war" était bien secouant aussi.

Gérald Alexandre Roffat 24/03/2007 15:32


J'ai vu "Lord of War". On m’a également conseillé « Blood diamonds ». Ce type de cinéma revient en force et c’est tant mieux. Le cinéma est parfois le seul moyen de dénoncer ou d’éclairer certaines choses pour le grand public.