Discrimination, mode d'emploi avec ou sans racisme

Publié le par Gérald Alexandre Roffat

On n’éliminera pas les discriminations à l’embauche si on n’en comprend pas les mécanismes. L’équation discrimination=racisme est trop simpliste. C’est ce qu’expliquait Olivier Noël, dans une interview de 2004 qui reste d’actualité :

Grand entretien Place Publique

Olivier Noël, sociologue (1) : "La discrimination fonctionne comme un système"

Par Evelyne Jardin

21 mars : journée internationale de l’élimination de la discrimination raciale. A l’occasion de cette campagne annuelle à dimension internationale visant à promouvoir les principes de respect, d’égalité et de diversité culturelle, Place Publique publie l’interview d’Olivier Noël, doctorant en sociologie, sur la discrimination à l’emploi et ses rouages.

Place Publique : Le racisme et les discriminations, est-ce la même chose ?
Olivier Noël : Les représentations communes ont tendance à associer ces deux notions. La discrimination s’inscrit dans le registre des pratiques, des faits alors que le racisme s’inscrit dans le registre des représentations, des valeurs, des idéologies. La combinaison racisme-discrimination existe, certes, mais elle est loin d’être la plus fréquente. Une intention non-raciste peut se combiner avec une pratique effectivement discriminatoire.
C’est l’exemple de la coiffeuse qui vous explique qu’elle est "très attachée aux principes de la République, que sa fille milite dans une association anti-raciste, etc."... mais, qui, ayant constaté des propos tendancieusement xénophobes d’une partie de sa clientèle, décide de ne pas recruter une jeune apprentie coiffeuse d’origine maghrébine. C’est un cas typique de pratique discriminatoire, non directement intentionnelle, mais bien effective.
À l’opposé, j’ai enquêté auprès d’employeurs ouvertement racistes, affichant un discours extrémiste, et expliquant assez simplement : "s’ils [les immigrés] font bien leur travail, il n’y a aucune raison que je ne les embauche pas". Cela signifie qu’ils développent des idées racistes, dans une forme assez classique, coloniale, mais qu’ils ne discriminent pas, tout au moins au moment de l’embauche.

P.P. : La France s’est dotée de lois pour lutter contre le racisme. Sont-elles efficaces ?
O.N. : Non. La discrimination est encore considérée par beaucoup comme un délit relatif, mineur, sans gravité. Il est toujours intéressant, devant un parterre de chefs d’entreprises, de leur signifier que lorsqu’ils discriminent, ils deviennent des délinquants. Ils ont souvent tendance à penser que ce sont ceux qu’ils discriminent qui sont potentiellement des délinquants.
Le droit contre les discriminations est un droit neuf, très technique, que peu de juristes maîtrisent en France. Il y a un gros effort à faire de ce côté-là. Et il me semble impératif que ce droit devienne une menace véritablement crédible et que des procès exemplaires voient enfin le jour.

P.P. : Des enquêtes statistiques montrent que les jeunes issus de l’immigration s’insèrent plus difficilement sur le marché du travail. Peut-on parler de discriminations à l’emploi envers cette population ?
O.N. : Oui, assurément, les jeunes sont particulièrement visés par ces pratiques en combinant des critères d’origine, d’âge, de lieu de résidence, etc. qui se combinent, aux yeux des recruteurs, pour mieux les discriminer. Cela a un effet dévastateur sur leur intégration sans que soient pris en compte les efforts réels des jeunes pour s’intégrer.
Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce sont souvent les jeunes diplômés qui sont les plus discriminés. Dans une grande usine automobile de l’Est de la France où j’ai enquêté, des jeunes issus de l’immigration turque ou algérienne qui devaient devenir ingénieurs ou techniciens supérieurs ont rencontré des difficultés d’embauche. Ce recrutement discriminatoire était conditionné par le refus des ouvriers sur les chaînes d’être commandés par un "étranger". On peut dire que paradoxalement la discrimination ethnico-raciale survient au moment où l’intégration est réussie.

P.P. : Les employeurs peuvent se rendre coupables de pratiques discriminatoires mais sont-ils les seuls ?
O.N. : Dans l’exemple précédent, on voit bien que celui qui est invoqué pour justifier la discrimination est l’ouvrier de la chaîne et non l’employeur. Dans l’exemple de la coiffeuse, c’est la cliente supposée xénophobe. La discrimination fonctionne comme un système sans qu’aucun acteur puisse être défini comme l’acteur principal et le coupable. Bien souvent cela résulte d’une chaîne de propos banalisés, de silences complices, de petites décisions ordinaires qui au final exterminent, au sens littéral du terme, les jeunes issus de familles immigrées.
Nos recherches montrent que les intermédiaires de l’emploi ont eux aussi pendant longtemps coproduit la discrimination en se refusant à en reconnaître la réalité massive et à la rendre publique.
Pour autant, même si leur responsabilité professionnelle est engagée, il importe de pointer les responsabilités institutionnelles à tous niveaux. Les pouvoirs publics adoptent une logique de "culbuto" qui se traduit par une fuite en avant rhétorique invoquant les grands principes de la République et de la démocratie et une fuite en arrière pratique dès lors qu’il s’agit de les mettre concrètement en œuvre. Le référentiel de la politique est flou et les principes d’action sont mous car le public ciblé est inhabituel : il ne s’agit pas d’agir sur les faibles, les dominés, mais au contraire sur les dominants, ceux qui ont le pouvoir de discriminer et d’exclure.

P.P. : Peut-on dire que les jeunes co-produisent aussi le phénomène discriminatoire à l’emploi ?
O.N. : D’une certaine façon, les jeunes sont des coproducteurs du silence, du déni sur la question. Dans nos interviews, nous constatons que nombre d’entre eux l’ont intériorisée. Le discours sur leurs supposés manques et sur les efforts à consentir pour "mieux s’intégrer" y a largement contribué.

P.P. : Que faire pour que tous les jeunes soient traités à égalité vis-à-vis de l’emploi ?
O.N. : Avoir les mêmes exigences et leur donner d’égales conditions d’accès à tous les domaines de la vie sociale (emploi, logement, loisirs, etc.). Si je suis optimiste quant aux solutions possibles et aux formidables perspectives qu’ouvrirait une politique ambitieuse de prévention et de lutte contre les discriminations, je reste assez pessimiste sur la situation actuelle. Il y a encore du chemin à parcourir pour lever le voile sur le système discriminatoire.

(1) Doctorant en sociologie, chercheur-coopérant à l’Iscra (Institut social et coopératif d’étude et de recherche appliquée). http://www.place-publique.fr/article590.html Avril/Mai 2004

Publié dans Orange

Commenter cet article

Toto2007 18/03/2007 22:27

bonnesidees2007, il faut lire tous les articles du blog pourpre!!!
http://recrutement.over-blog.com/article-1324121-6.html
Sur les outils, un résumé:
http://recrutement.over-blog.com/article-1914613-6.html
Ah, au fait, j'ai une idée pour voir le paradis : se jeter par la fenêtre!!! T'as une meilleure solution concrète? LOL

bonnesidees2007 02/04/2006 03:37

Bonjour Gérald Alexandre Roffat,

merci pour votre réponse.

Pourquoi fausse et stupide la discrimination positive ?
---->>>> Car ce n'est pas une discrimination mais des quotas.
Ces quotas permettent à des gens d'obtenir des emplois qui leur sont refusés malgré leurs qualifications.


«La classe moyenne noire est de plus en plus importante aux Etats-Unis, et une bonne partie de ses membres n'apprécient guère les critères purement raciaux qui dévaluent, dans le regard des autres, leurs propres mérites. »
------------> Si on se souvient de la situation des noirs aux usa avant les années 50 ! ça veut dire que la discrimination positive n'a plus besoin d'être appliquée aux usa : c'est un vrai succès.


« Le juge Clarence Thomas, le seul juge noir de la Cour, a pour sa part estimé que «à chaque fois que le gouvernement met des citoyens sur des registres en fonction de leur race (...) cela nous abaisse tous.» »
---------------> la "race" n'est pas un critère, car c'est seulement à qualifications égales qu'on applique des quotas !
ps : les races n'existent pas suivant les biologistes.


Dette raciale, droits raciaux : système raciste (A.Scalia) :
Par ailleurs le fait de raisonner en termes de « justice réparatrice », en utilisant des concepts comme « dette raciale » ou « droits raciaux » a quelque chose, justement, de profondément raciste.
-------------------------------->>>>>>> non !
la positive action servait justement à lutter contre l'apartheid qui a touché les usa dans les années 50 !


http://www.eleves.ens.fr/pollens/seminaire/seances/discrimination/resumedocumentation.htm
Aujourd’hui, même les Etats-Unis, société « melting-pot », sont affectés par la résurgence des identités ethniques.
---------------->>>>>> l'origine n'est pas la positive action !


On ne peut décemment pas parler d’apartheid en France, en 2006.
----------->>>>>>>>>>>>> pas institutionalisée mais dans les faits.


Pour les Etats-Unis, dans les années 60, on peut parler de violences raciales mais il me parait excessif de parler de « guerre civile ».
-------------------->>> ce fut une guerre civile : il y eu des émeutes raciales durement réprimées, des mouvements armés comme les black panthers etc.


Pour la lutte contre les discriminations, je préfère d’autres outils que ceux qui font appel à des critères raciaux.
--------------->>>>> pensez au passage à prévenir certains drh et pdgs...


Je pense qu’il faut, surtout, promouvoir la diversité et condamner les discriminations manifestes. Vous évoquez des risques de violence, mais vous préconisez des méthodes qui vont renforcer les sentiments d’appartenance ethnique.
------------------------>>>>>> la positive action ne favorise pas les sentiments d'apartenance ethnique !
Au contraire, si on met des gens dans des ghettos, tout métissage ou mélange culturel sera limité et donc favorise les "sentiments d'apartenance ethnique" !


Je crois que mon positionnement est assez clair. Je préfère la cohésion à la division.
------------->>>>>> vous n'apportez aucune solution concrète contre les discriminations et l'apartheid larvé actuel.

bonnesidees2007

bonnesidees2007 03/03/2006 09:05

Bonjour,

Le terme "discrimination positive" est totalement faux et stupide. Aux USA on dit précisement "positive action".

Avant cette loi, les noirs des USA subissaient un apartheid féroce. A cause de cela, les USA ont subit une guerre civile dans les années 60.
Grâce à cette loi, les noirs des USA ont aujourd'hui des postes très importants et les "blancs" ne sont pas lésés.

Pourriez-vous expliquer clairement pourquoi vous êtes contre la positive action ?

La France subit actuellement des discriminations importantes.
Si cela n'est pas résolu par des lois anti-discriminatoires comme la positive action, il est à craindre des violences graves.

Quelle sont vos solutions EFFICACES contre l'apartheid et les discriminations actuels ?

Merci.

bonnesidees2007 27/01/2006 13:13

Bonjour,

contre les discriminations, je vois ces solutions :
-changement de mentalité : lent et dépendant des médias.
-discrimination positive : rapide mais créant de la jalousie !
-cv anonyme : inefficace car l'employeur verra la personne.
-lutte judiciaire contre les racistes : inefficaces car les preuves sont difficiles à obtenir.
Voyez-vous d'autres solutions ?

La meilleure solution semble être la discrimination positive : elle est déjà diabolisée par l'extrême-droite. Elle risque donc d'être impopulaire si on ne l'explique pas.

Je vous invite à consulter mon blog :
http://bonnesidees2007.over-blog.com/
On y trouve des propositions.
Vos commentaires constructifs sont bienvenus :-) .

Merci.

Pas de pseudo: Gérald Alexandre Roffat 27/01/2006 22:54


Ne comptez pas sur moi pour expliquer les bienfaits de la discrimination positive. Je ne la diabolise pas mais j’explique depuis un an pourquoi je suis contre. Un exemple : http://recrutement.over-blog.com/article-1703072.html
Pourquoi diable la discrimination positive serait-elle la meilleure ou la seule solution au problème de discriminations à l’embauche ? http://recrutement.over-blog.com/article-1495501.html