Le critère de sélection

Publié le par Gérald Alexandre Roffat

"La motivation sera dans un futur proche Le critère de sélection."

Christian, cette semaine.

Restez motivé! Concentrez votre énergie sur l'établissement d'un projet professionnel qui vous correspond. Pas la peine de postuler à des offres qui vous intéressent peu. Lorsque vous serez convaincu, vous pourrez convaincre.

Bon courage à tous les candidats.

Publié dans Jaune

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fiso 23/03/2007 23:09

Je suis d'accord avec votre "vérité" : la motivation sera le critère de sélection parce qu'il sera un jour plus déterminant que les compétences du candidat dans le choix du recruteur. Dans mon métier de manager en relation client, le savoir être prévaut sur le savoir-faire.
Autodidacte, j'ai eu la chance de commencer ma carrière dans des boites américaines qui m'ont donnée ma chance alors que je n'avais aucun diplôme et encore moins de compétences, mais un certain savoir-être et une motivation certaine. Je regrette qu'en France, on ne mise pas plus sur la formation. Elle est motivante, valorisante, fédératrice. Elle permet au collaborateur d'acquérir des compétences et au service RH de véritablement exploiter les ressources humaines en promouvant la mobilité interne. Depuis mon retour en France, je me heurte sans cesse au mépris des cadres pour les non ou peu diplomés.  Je n'ai jamais rencontré cette attitude en Irlande, bien au contraire.

Gérald Alexandre Roffat 24/03/2007 15:16


Je considère que la société française est affaiblie car elle est incapable de donner sa chance à ceux qui s’écartent du sacro-saint chemin ou des sacro-saints critères. Impossible en France de mettre un genou à terre, de chercher son chemin, de douter, de se tromper.
J’ai, à ce sujet, une anecdote. Après mon baccalauréat, j’ai entrepris sans trop de convictions des études de droit. J’ai raté ma première année. Lors d’un entretien (coté candidat), un recruteur m’a demandé quelles stratégies j’avais élaboré pour réussir mon année? Je venais de lui expliquer que je manquais de maturité et que je n’avais pas compris ou j’avais mis les pieds. On ne passe pas en deuxième année de droit comme on passe son bac. Je me suis répété et il m’a regardé comme si j’étais un extra terrestre! A dix-huit ans, en France, si vous ne savez pas ce que vous voulez faire de votre vie, vous avez un très sérieux problème et ce n’est rien de le dire.
Comme vous, je suis favorable à la formation continue. Je ne comprends pas pourquoi certaines formations n’existent qu’en formation initiale. J’ai une cousine qui a raté son concours de médecine avec 14.5 de moyenne à sa dernière tentative. Qu’on m’explique l’intérêt du Numerus clausus quand on manque de praticiens, qu’on recale à 14.5 une année pour laisser passer à 13.5 l’année suivante! Qu’on m’explique pourquoi les participations aux concours sont limitées? Qu’on m’explique pourquoi on ne pourrait pas entreprendre des études de médecine après quelques années de vie professionnelle?
On parle de Gestion des Ressources Humaines dans certaines entreprises. Il paraît effarant qu’on en parle jamais à l’échelle du pays. On manque cruellement de personnel médical et paramédical, de personnel dans la restauration ou le bâtiment, d’artisans… Que fait l’État et l’éducation nationale? Les conséquences de la canicule 2003 ne sont rien en comparaison de ce qui nous attend. J’ai travaillé dans un cabinet de placement spécialisé dans le médical et le paramédical. Je sais la souffrance de ces aides-soignantes en maison de retraite qui se noient dans le travail, de ces infirmières libérales qui ne peuvent pas prendre de vacances sous peine d’abandon de clientèle. A tout moment, si quelqu’un est motivé et que son engagement sert, on devrait pouvoir l’aider, le former.

Gérald-Alexandre Roffat 17/03/2005 22:59

Lu dans le Figaro ENTREPRISES du 14 mars 2005, dans l'Aparté de Pierre BLANC-SAHNOUN, coach et conseil de dirigeants,intitulé "Souriez, vous êtes motivé":"E=MC² [...] L'embauche est le produit de la motivation par le carré de la compétence [...] la logique de recrutement est avant tout une logique de compétence. Mais à compétence égale, c'est le plus motivé qu'on embauche [...]
L'expression de la motivation est souvent l'écueil qui vous coûte un job. Le candidat qui a l'air heureux de venir travailler dans l'équipe est souvent privilégié par rapport à celui qui fronce les sourcils et dit qu'il va y réfléchir.
Quand l'entreprise vous fait savoir qu'elle vous a choisi, commencez par dire oui et merci. Souriez, vous aurez le temps par la suite de négocier vos primes, voiture de fonction et autres zakouskis.
L'inverse ne fonctionne pas. Le temps de réfléchir, de peser le pour et le contre, un petit gars tout simple aura réussi à faire croire à l'entreprise qu'il tient le job de sa vie et s'installera dans le fauteuil. Malheur aux tièdes."Etre ou avoir l'air... E=MC²

Gérald-Alexandre Roffat 14/03/2005 21:34

Motivation en baisse pour un manager sur deux:Plus de 48 % des cadres estiment que leur niveau de motivation a baissé au cours des dernières années.Voir le dossier sur la motivation dans l'entreprise dans le Journal du Management:http://management.journaldunet.com/dossiers/040123motivation/index.shtmlC'est probablement pour cela que la motivation des candidats est primordiale. La motivation serait-elle devenue une denrée rare?La motivation sera Le critère de sélection parce qu'il sera un jour plus déterminant que les compétences du candidat, dans le choix d'un recrutement.

Oliviegntchik 13/03/2005 22:48

Bonsoir G.A.

tout ce que vous dites est vrai.
ce sont des évidences.des truismes.
oui, il vaut mieux être riche et en bonne santé que pauvre et malade ...

Mais tous les comportements de "non-motivation" que vous évoquez sont simplement éliminatoires.

et vos exemples peuvent facilement dévier : l'engagement de lutte contre la "discrimination" sur ce blog est une belle chose, votre question sur le trajet impossible à faire se traduira par "tout candidat habitant à plus de x kilometres du poste ( x etant à l'appreciation de chaque ) sera éliminé ..
rien n'est simple.

Le candidat qui ne vient pas à l'entretien ca existe, comme l'entreprise qui passe des annonces, est présente à des salons, sans qu'aucun recrutement ne soit ouvert...

Une meilleure éducation de tous dans ce domaine souhaitable ?
Certainement.


Gérald-Alexandre Roffat 13/03/2005 22:02

« Phrase creuse par excellence. la motivation "LE" critère de sélection ? comment la connaître ? par ce qu'on dit ? allons allons... par ce qu'on écrit ? surenchère de mots sans signification. » dites-vous.

Au commencement était le verbe… Non, je m’arrête ! Pas de prosélytisme sur ce blog. Par contre, je soutiens que les mots ont un sens, une signification. L’élément central de la motivation est d’avoir un objectif. Si cet objectif paraît suffisamment attrayant, alors la motivation se développera.

Il existe différents types de motivation.

La motivation extrinsèque permet à l’individu de pratiquer une activité pour en retirer indirectement quelque chose de plaisant ou pour éviter quelque chose de déplaisant.
C’est le type de motivation qu’on trouve chez les candidats qui cherchent un emploi alimentaire.

La motivation intrinsèque permet à l’individu d’effectuer volontairement une activité par intérêt pour celle-ci. C’est ma motivation dans l’exercice de ma profession de Chargé de recrutement.
Le dialogue et l’observation permettent au recruteur d’évaluer le type et le degré de motivation d’un candidat.


« Pas la peine de postuler à des offres qui vous intéressent peu : soyons sérieux. Si tout le monde faisait le métier de ses rêves ça se saurait aussi. […] Les besoins alimentaires sont une donnée bien réelle et chercher à le cacher n'est pas anodin. » dites-vous.

On postule par intérêt pour le poste, par intérêt pour les conditions contractuelles ou pour ces deux raisons réunies. Se réaliser et satisfaire des besoins physiologiques sont des préoccupations différentes.

Selon Abraham Maslow, la satisfaction d’un besoin ne peut être réalisée que si les besoins de niveau inférieur sont eux-mêmes satisfaits. Le degré de motivation pour satisfaire chacun de ces besoins est variable chez les individus.
La motivation n’est pas liée au type de besoin mais à l’état physiologique et psychologique de l’individu dans la poursuite de son objectif.

Je ne fais pas le métier de mes rêves… J’ai néanmoins postulé par intérêt pour le métier de Chargé de recrutement. Je conseille aux candidats de ne postuler que lorsqu’ils sont prêts à occuper le poste.

Quel intérêt de postuler à un poste à quatre heures de trajet (aller retour) de chez soi alors qu’on sait pertinemment que ça fait trop loin ? Quel intérêt lorsqu’on a pas vraiment envie ? On arrive à l’entretien et on ne donne pas le meilleur de soi. D’autres le font et c’est raté. Un échec de plus. Quel intérêt de postuler pour ne pas venir à l’entretien ? Quel intérêt d’accepter un emploi pour ne pas venir le jour de l’embauche ?

Tous les candidats que j’ai reçu en entretiens n’avaient pas le même degré de motivation. Certains n’étaient pas très motivés (et je parle de ceux que j’ai vu car certains ne sont même pas venu). Je le dis. La concurrence est importante. Ne postulez qu’en étant convaincu de vouloir ce poste. Cela n’empêche pas de hiérarchiser ses préférences parmi les offres auxquelles on a postulé.


« Une économie stagnante est incapable de proposer ces emplois "intéressants" à tous ses enfants de la mass-education. » dites-vous.

Pensez-vous qu’une économie florissante le pourrait ? Il existe un décalage entre l’offre et la demande, c’est certain. Je constate simplement, d’autant plus avec Internet, que certains candidats postulent à des postes sans avoir le degré de motivation qui conviendrait. Je reçois et lis régulièrement des lettres bâclées, adressées à un concurrent ou avec une caractéristique me permettant de penser que le candidat n’a pas apporté un soin suffisant à son courrier. Cela permet, sur l’écrit, d’évaluer leur motivation pour le poste. Le moindre degré de motivation n’est-il pas de se relire ?

En définitive, je ne pense pas manier la langue de bois. Je crois simplement que le temps est précieux pour tout le monde (candidats et recruteurs). Quelle que soit la motivation, le besoin à satisfaire, le meilleur conseil qu’on puisse donner à tous les candidats et de fournir le meilleur d’eux-mêmes car la concurrence est une réalité. La motivation est le nerf de l’action !