Que justice soit faite

Publié le par Gérald Alexandre Roffat

Le procès de Districom, filiale évènementielle d’Adecco et de Garnier, filiale de l’Oréal s’est ouvert aujourd’hui à la 31ème chambre correctionnelle du tribunal de Paris. A l’origine de cette affaire, les révélations de Christine, une jeune femme d’origine auvergnate, licenciée par Districom pour « insubordination » en décembre 2000. Il ne fait pas bon briser l’omerta, au pays du « Roi Client ». SOS Racisme s’est porté partie civile.

La jeune femme a persisté à présenter des candidates de diverses origines à la société Garnier, pour effectuer des animations promotionnelles, qui ne souhaitait que des filles « de 18 à 22 ans », « taille 40 maximum » et « BBR » !!!

« BBR » pour Bleu, Blanc, Rouge, les couleurs de notre drapeau national pour indiquer qu’on ne veut pas de noires, maghrébines ou asiatiques. Chez L’Oréal, on réfute l’accusation. Chez Adecco, on ne communique pas. Verdict dans quelques mois…

Aujourd’hui :                       

« "Notre culture d’entreprise encourage et valorise la diversité des personnes. Nous ne demandons pas aux individus de transiger avec leur personnalité pour se couler dans un moule. Je crois fermement que le développement des talents de chacun et la volonté de travailler en équipe avec une vision commune sont les clés du succès de L’Oréal"

Citation de M. Owen-Jones,
Président Directeur Général de L’Oréal »

LIEN

« Engagement Adecco n°5

Vous recruter sans discrimination

Adecco s’engage à vous recruter sans discrimination et à examiner avec vous toute situation qui vous paraîtrait contraire à cette égalité de traitement.

Parce que notre métier est de recruter en fonction de critères strictement professionnels, sans discrimination liée notamment à la religion, l’origine, le sexe, l’âge, le handicap. » LIEN

Que justice soit faite.

Publié dans Orange

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

NOUVELOBS (Extraits) 04/03/2006 09:55

"S'il s'avérait que ces faits sont exacts, il s'agirait d'un comportement individuel que le groupe déplore et ne pourra en aucun cas cautionner", a souligné par ailleurs le groupe Adecco