Accepter la diversité

Publié le par Roffat

Dialoguer avec les auteurs d'un manuel interactif sur le sujet:

Umberto Eco Furio Colombo Jacques Le Goff

"Comment est-il possible d'être différents mais égaux?
 

Nous introduirons dans ce premier chapitre quelques concepts généraux qui seront détaillés plus spécifiquement dans les chapitres suivants

Le chapitre est découpé autour de quatre notions de base :

 1 -  
Les différences existent. Nous ne devenons pas égaux en niant que les différences existent. Les différences existent et doivent être reconnues..

Nous ne devenons pas égaux en niant que les différences existent.
Les différences existent et doivent être reconnues.

 

Chaque être humain est unique. Il n’existe pas deux personnes identiques. C’est pourquoi, les différences existent et sont naturelles.

Certaines différences, comme la couleur de la peau, des yeux, ou des cheveux, le type physique, les traits du visage et ainsi de suite proviennent de l’héritage génétique. Puis, il y a les traits de personnalité, qui varient d’une personne à l’autre, et qui sont en partie déterminés par l’environnement, et en partie déterminés par l’éducation. Enfin, chacun de nous appartient à une culture déterminée et donc a une identité culturelle propre."


 2 -  Il se peut que nous n'aimions pas certaines différences. Nous n'aimons pas toujours les différences des autres mais cela ne veut pas dire que nous soyons mauvais. Nous devenons mauvais quand nous voulons empêcher les autres d'être différents.

 3 -  
Mais les différences sont aussi positives. Ce sont les différences qui rendent le monde intéressant.

 4 -  
Accepter les différences est bénéfique à tous. Le seul moyen de vivre en paix avec les autres est d'apprendre à les accepter."

http://www.academie-universelle.org/manuel/index.htm

Publié dans Orange

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jc 10/03/2006 14:13

remarque sur"Enfin, chacun de nous appartient à une culture déterminée et donc a une identité culturelle propre."c'est un peu rapide tout de meme.  Un tel appartient a une culture ?n'est-c pas jouer le jeu du communautarisme ?Est-ce que chacun n'est pas libre de se sentir ou non d'appartenir a une communaute ?

Gérald Alexandre Roffat 13/03/2006 16:32

Effectivement, le sentiment d’appartenance a son importance. C’est pour cela qu’on trouve des opposants à la discrimination positive au sein de toutes les minorités. C’est ce qu’on appelle le droit à l’indifférence.
Pour ma part, je n’ai pas envie de discuter avec un type du recensement pour savoir s’il doit me mettre dans la catégorie « métis » ou « ressemble à un sémite ». Je suis français, point à la ligne. Et qu’on ne me questionne pas sur ma religion !!!
Aujourd’hui, un jeune français d’origine magrébine est forcément enfant d’immigré et forcément musulman. Voir http://www2.unil.ch/penombre/24/07.htm
Quand l’autorisera-t-on à être un français comme les autres, libre de se reconnaître ou non dans tel ou tel groupe ?