Pour plus de diversité à la TV

Publié le par Roffat

Pour plus de diversité à la TV, on commence par demander. Le citoyen a une capacité d'action individuelle. Il faut s'en servir. Si vous voulez plus de diversité et de représentativité à la TV, comme moi, écrivez à:

telespec@tf1.fr

 

http://relations.france2.fr/

 

http://relations.france3.fr/

 

http://www.france5.fr/contact/

 

Ecrivez à CANAL+, 60431 Noailles Cedex.

Précisez le service concerné :
Service Consommateurs (Pas trouvé mieux si pas abonné)

 

http://www.m6.fr/# (« Nous écrire » en bas de l’écran)

"Je souhaite que la TV Française soit plus métissée, qu'elle ressemble davantage à son public"

Publié dans Orange

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gérald Alexandre Roffat 17/01/2007 12:04

52 mn, c'est peut être un peu long pour démarrer. Faut peut être revoir la copie.
Pour la diversité, effectivement, on préfère passer Pascal Sevran sur le service public. Si la TV se refuse à la diversité, Internet est ouvert : )
Bon courage aux "Cool Up's". Ont-ils une présence sur Internet? Ils pourraient mettre leur pilote en ligne. S'il y a de la fréquentation, la TV sera plus à l'écoute.
Encore une fois, merci à tous les auteurs des différents commentaires sur le blog pourpre. Vous avez la parole.

Goldengrams 10/01/2007 20:42

En France, la télé couleur, ce n’est pas pour demain. Julien Chémouny, Lamine Chérifi et Medhi Boulenouar, sont formels : « Les discours sur la diversité à la télé, c’est du vent. C’est pas tout  d’avoir des Roselmack et des Pulvar à l’écran, la diversité, c’est à tous les niveaux que ça se joue : la production, la technique aussi… ».  Depuis près de deux ans, ces trois potes de fac formés en journalisme, en production et en économie démarchent les chaînes pour défendre un concept sur les cultures urbaines. En 52 minutes, Teum-Teum (de Teumen-appart en verlan) s’attache à créer des passerelles entre les générations pour faire connaître la richesse de la culture hip-hop, « qui ne se résume pas au rap », souligne Julien. Mais même après les émeutes de 2005, et la volonté affichée des politiques de donner une voix aux habitants des quartiers, les roitelets du PAF rechignent à passer à l’acte.
Septembre 2004. Encouragés par la responsable des magazines de France 5, les trois larrons constituent une équipe de pros de la lucarne et de journalistes de presse écrite spécialistes des cultures urbaines, pour tourner le  pilote de Teum Teum. Jean Pierre Bacri et Disiz
la Peste
jouent les invités principaux. « On était réunis autour d’une passion commune » explique Lamine. L’émission, assez aboutie, attire les sponsors. Et non des moindre. FNAC, Puma, Coca ou Ikéa répondent présents. « Après le montage on croyait avoir fait le plus gros du boulot » sourit Julien. Erreur. C’est là que l’épopée TV commence.
A Canal Plus, on aime le « ton décalé» de l’émission. A France Télévisions, le délégué « intégration et diversité » est emballé. Trois jeunes d’origine maghrébine, un juif et deux musulmans, qui se battent pour parler de la banlieue  autrement : du pain béni pour des diffuseurs en mal de diversité. Mais de là à concrétiser les beaux discours... Sans se démonter, les trois battants tentent aussi TF1, les chaînes de
la TNT
, sont reçus par le CSA, le Centre National de
la Cinématographie
, et diverses boîtes de production. Ils bataillent, s’incrustent dans des bureaux. Répètent à l’envi leur laïus sur la nécessité d’une action citoyenne.
Malgré la qualité de leur produit audiovisuel et la cohérence de leur discours, rien ne bouge. « On nous a dit que c’était trop ciblé, qu’aucune chaîne généraliste ne prendrait un programme sur une culture minoritaire ». Certains responsables s’offusquent même que l’émission ne corresponde pas à l’image stéréotypée qu’ils ont des quartiers populaires. « On nous a reproché que l’appart avait l’air trop propre ou qu’on avait trop l’air de bonne famille» ironise Lamine.  Comme si, à la cité, quand rien ne brûle, il n’y avait rien à montrer.
Au-delà de quelques critiques constructives et du soutien de personnalités comme Thierry Ardisson, Abd Al Malik ou Jean-Pierre Bacri, « Teum-Teum » n’a suscité que des promesses. Pas de quoi lâcher pour autant. Cool up’s, la boîte de prod du trio, reviendra à la charge des cerbères du PAF avec un dessin animé, une série télé et une émission sur la découverte des pays européens, dont le pilote est déjà en boîte. En attendant, les « Cool up’s » vivent de petits boulots. L’un dans un restaurant parisien, l’autre dans l’audiovisuel et le troisième dans la vente par téléphone. Et pour vendre plus de voyages pas chers au Français moyen, Lamine se fait appeler Benoît. Sur les conseils de sa direction. 

ls 17/05/2005 23:22

Exactement, et je me pose souvent cette question : " Pourquoi avoir inventé la télévision couleur si on y voit que des blancs ? ".