A quand un Beur spécialiste de littérature polonaise ?

Publié le par Roffat

Les derniers mois ont été éprouvants. A titre personnel et professionnel, début juillet, j’ai clos ma campagne de recrutement estival (Près de 120 embauches sur cinq mois) et j’ai pris mes nouvelles fonctions de Responsable Recrutement.

Tout ça pour dire que j’ai 4 numéros de courrier international en retard à parcourir, sur ma table de chevet. Mon article paraîtra donc un peu tardif aux aficionados du « tout immédiat ». Dans le numéro du 23 au 26 juin 2005, j’ai lu un article audacieux :

« A quand un Beur spécialiste de littérature polonaise ?

Pour sortir du « carcan » communautaire et peser sur les débats français, les élites issues de l’immigration devraient être capables de s’exprimer sur des sujets étrangers à leurs origines. »

Dans « LE QUOTIDIEN D’ORAN », Akram Belkaïd écrit :

« […]    Ils et elles (moins nombreuses) sont médecins, cadres supérieurs, hauts fonctionnaires ou chefs d’entreprises, et tentent de donner corps à une « intelligentsia beur » dont la parole pèserait en France. […]

La question est pourtant simple : quand des Beurs – ou plutôt des beurgeois – se retrouvent entre eux, doivent-ils se concentrer uniquement sur les questions relatives à leur communauté ou, à l’inverse, élargir le champs de leur réflexion à des thèmes plus larges ? […]        

Pour acquérir plus d’influence et être efficaces en matière de communication, ces cercles beurgeois n’ont pas le choix : ils doivent embrasser une réflexion française ou même européenne et absolument sortir du carcan communautaire. C’est la seule manière de gagner le crédit nécessaire pour faire triompher la lutte pour l’égalité des chances. Mais cette approche ne sera pas aisée. D’abord, il est plus facile de hurler contre les discriminations que de formuler une idée originale susceptible d’avoir un écho national sur le chômage , l’euthanasie ou la compétitivité industrielle. A cela, il faut ajouter le fait que nombre de beurgeois n’ont pas totalement épanché leur soif de revanche, en raison de la somme de ressentiments qu’ils ont accumulés au fil des ans […]

En s’attaquant à tous les sujets, en prenant la parole sur des thèmes où ils ne sont pas attendus, les cercles de l’intelligentsia beur peuvent contribuer à casser les préjugés et à donner des exemples à suivre pour des jeunes enclins à reproduire, sans s’en rendre compte, un modèle de ségrégation des élites qui pousse les Maghrébins de France à toujours être spécialistes de leurs frères. […]

On donne beaucoup de définitions à l’intégration A mon avis, celle-ci ne sera réelle que lorsqu’un jour, en France, un Kadour ou un Ali feront partie des spécialistes – reconnus et médiatisés – de  l’art roman, de la littérature polonaise ou des relations entre l’Europe et les Etats-Unis. »

Belle définition de l’intégration par Akram Belkaïd.

Publié dans Orange

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gérald Alexandre Roffat 18/07/2005 20:44

Merci ;)

Dabooo 18/07/2005 20:39

Ah oui elle a raison honte sur moi: félicitations! :)

Gérald Alexandre Roffat 18/07/2005 19:01

Merci ;)

Stephanie 18/07/2005 15:54

Bravo pour tes nouvelles fonctions :-)

Dabooo 17/07/2005 23:11

Aaaaaaaah ok! C'est subtil... :)