Vers un meilleur modèle social [V]

Publié le par Gérald Alexandre Roffat

Courrier International propose cet été au fil des numéros une série d’articles qui présentent les différents modèles sociaux qui coexistent en Europe et qui, a priori, obtiennent de meilleurs résultats que le « système à la française ».

Cette série s’intitule :

A LA RECHERCHE DU MEILLEUR MODELE SOCIAL

Le cinquième et dernier article a pour source THE GUARDIAN de Londres (Article d’Ashley seager) :

« Les français feraient bien de suivre l’exemple britannique

Agacé par notre mépris vis-à-vis du « modèle anglo-saxon », le journal de centre gauche The Guardian a entrepris une comparaison chiffrée entre les deux voisins. Le résultat est sans appel.

[…] Le chômage atteint en France 10%, soit deux fois plus qu’au Royaume-Uni, et un quart des jeunes Français sont sans emploi, contre un sur dix au Royaume-Uni. »

Pour l’auteur, les Anglais s’enrichissent. Les Français, non. Les Anglais dégagent des ressources pour financer leurs services publics. Les Français, non. Les Français sont plus nombreux que les Anglais à travailler pour l’équivalent du SMIC. 80% des actifs Anglais travaillent 37h par semaine ; ce qui remet les 35h en perspective.

En bref, saluons Delanoë et Chirac pour nous avoir fait rêver qu’on pouvait gagner sur un autre terrain que celui du « meilleur modèle économique » (lapsus révélateur)! On peut maintenant se réveiller.

Une précision s’impose. La pression qui pèse sur les épaules des demandeurs d’emploi Anglais n’est pas la même que celle qui pèse sur les épaules des demandeurs d’emploi Français.

C’est la crise. Le mot crise vient du mot grec « crisis », qui signifie choix. La crise présente une occasion de faire des choix. En Chinois, le mot crise utilise un idéogramme composé de deux éléments qui signifient danger et opportunité.

Notre modèle social a besoin d’évoluer. Le fonctionnement du marché du travail Anglais diffère du notre. On peut saisir l’opportunité de simplifier le droit du travail sans pénaliser les salariés ou les entreprises, pour simplifier les mouvements sur le marché de l’emploi.

Publié dans Rouge

Commenter cet article

Gérald Alexandre Roffat 24/07/2005 11:25

Faux chômeur, vrai tabou

"Que 72% des personnes interrogées par le Credoc se déclarent d'accord avec le principe d'une suppression progressive des indemnités chômage en cas de refus successifs d'un emploi moins qualifié ou moins rémunéré en dit long."

http://www.lefigaro.fr/debats/20050722.FIG0196.html?071241

Cela ajoute de l'eau à notre moulin.

Dabooo 23/07/2005 00:51

Je suis d'accord il faut plus de contrôles...

Gérald Alexandre Roffat 22/07/2005 21:21

Le demandeur d'emploi anglais doit prouver qu'il recherche activement un emploi pour toucher son indemnité. Par ailleurs son allocation de chômage fond comme neige au soleil.

Cela incite à retrouver une activité rapidement quelqu'en soit la qualification ou la rémunération. Ce qui n'est pas idéal.

Pour aller plus loin, On trouve certainement moins de "chômeurs professionnels" en Angleterre qu'en France. Je ne veux évidemment pas dire que tous les demandeurs d'emploi sont des "chômeurs professionnels", ni en Angleterre ni en France!

Je veux simplement dire que l'indemnisation des chômeurs est plus favorable en France que dans le modèle Anglo-saxon. Et que certains en profitent de manière éhontée. Je prends pour exemple deux de mes connaissances:

Un jeune technicien en informatique, passionné de sports de glisse, qui de retour de Londres, me dit qu'il va pointer au chômage quelques mois pour se reposer et prendre du bon temps dans le sud, ça me choque.

Un autre qui ne veut pas bosser pour un patron, touche des aides et vit d'activités au noir, ça me choque.

Heureusement qu'il ne s'agit que d'une minorité.

Il ne fait pas bon être demandeur d'emploi en France. C'est pire en Angleterre. Voilà le sens de mes propos.

Pour préciser ma pensée, je ne suis pas favorable à une réduction de l'indemnisation des demandeurs d'emploi, en ce moment. En période de croissance soutenue, on pourrait en rediscuter.

Par contre, je suis favorable à un meilleur contrôle. Qu'on soutienne davantage les personne de bonne foi (la majorité) et qu'on arrête de subventionner les autres (la minorité)!

Dabooo 22/07/2005 16:15

"Une précision s’impose. La pression qui pèse sur les épaules des demandeurs d’emploi Anglais n’est pas la même que celle qui pèse sur les épaules des demandeurs d’emploi Français."

Mais encore? :)