Les pôles anti-discriminations de Rachida DATI

Publié le par Gérald Alexandre Roffat

Rachida DATI, ministre de la Justice, a annoncé aujourd’hui la création d'« un pôle anti-discriminations » dans « tous les parquets » de France. Chaque pôle sera composé d'un magistrat du siège et d'un délégué du procureur. Les magistrats de ces pôles auront pour rôle de se rendre sur le terrain, « pour coordonner » un « réseau local de lutte contre les discriminations » en lien avec le monde associatif, « qui est le meilleur capteur de ces phénomènes ». « Je ne veux plus qu'une partie de la population française pense que la justice n'est pas faite pour elle, qu'elle est même faite contre elle. Je veux leur dire qu'ils se trompent », a déclaré la ministre pour justifier son projet de réforme. Rachida DATI veut « redonner son sens à la sanction ». Elle compte mener à bien le chantier de la fermeté, notamment envers les délinquants mineurs. En sera-t-il ainsi pour les auteurs de discriminations ?

Publié dans Orange

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fwiyapin 05/07/2007 11:28

Salut Alexandre, c'est toujours un plaisir de te lire...
Je ne crois pas à la discrimination positive, mais je me rends compte que je crois encore moins au changement de mentalités! ce changement ne se fera pas, à mon sens, en sanctionnant à tout va.
Je suis vraiment en train de me poser des question conçernant l'affirmative action...
quelle est ta position à ce sujet?
Au plaisir,
Fwiyapin

Gérald Alexandre Roffat 05/08/2007 19:01

Salut Fwiyapin,
Désolé pour avoir tardé à te répondre. Pour ma part, je suis convaincu que les mentalités peuvent évoluer avec le temps et l’évolution culturelle de la population française si on fait les bons choix politiques.
Je crois au pouvoir de la sanction même si on ne doit pas entrer dans l’ère de la terreur pour les entreprises.
Je crois aussi aux actions positives mais il faut savoir ce qu’on met derrière. Pour prendre l’exemple de l’accès aux grandes écoles, je suis contre les admissions hors concours si concours il doit y avoir. Par contre, je suis pour des opérations de repérage, sélection, incitation, tutorat et soutient scolaire pour les élèves défavorisés à potentiel.
Question recrutement, je suis contre les quotas mais favorable à la diversification des sources et au développement des méthodes de sélection par simulation.
Je crois qu’il faut aussi surtout éduquer les gens et les amener à se rencontrer davantage.
Au plaisir





ezechiel2510 23/06/2007 16:19

Rachida Dati veut du bien aux Magisstrats et aux avocats...Ce qu'elle ne dit pas c'est qu'elle va dégraisser complètement les tribunaux...
Nous pouvons déjà dire au revoir à la cour d'appel de Mets et la conséquance c'est que la sicrimibation  qu'elle ne veut plus va se fabtiquer là...car qui aura l'aegent, le temps, les moyens de transport pour aller à Nancy car c'est la que siègera la cour d'appel
Suivrons la mort des tribunaux de Thionville et de Briey...Bien pour les justiciables et pour les magistrats et les avocats
Sarkozy a envoyez Rachida Dati au casse pipe, pour voir...puis il pprendra le dossier en main...enfin il l'a déjà mais il fera semblant de le prendre
 

Gérald Alexandre Roffat 30/06/2007 16:30

Viendra le tour pour les justiciables de juger de la pertinence de cette politique… Je ne connais pas bien le dossier mais cette réforme me paraît inadaptée aux besoins de certaines populations locales sauf si on les assortie de mesures d’accompagnement. Le coût de la justice en France est honteux mais ce n’est pas nouveau.

ronin 23/06/2007 14:19

S il n y avait pas d'inégalités entre les individus les HALDEs et autres n 'existeraient pas.MAis les LICRA MRAP SOS RACISME refuse déjà que leurs " pôtes " ne s'intêgrent aux moeurs de la France.A cause de eux on a fait la loi de la discrimination " positive " pour que les employeurs prennent ces individus non intégrés chez eux sous peine de sanctionsincroyable !!!RONIN

Gérald Alexandre Roffat 30/06/2007 16:26

De tous temps et dans chaque lutte, différentes tendances plus ou moins dures avec des intérêts parfois différents combattent dans le même camp. Il en va ainsi de la lutte contre les discriminations. Certains rêvent d’égalité citoyenne, d’autres d’inverser les rapports de force, d’autres encore ne défendent qu’un intérêt personnel.
Pour le moment, il me semble qu’on a échappé au pire en matière de choix dans les actions correctives. Cela rend encore plus urgent la nécessité d’utiliser avec force les outils choisis pour lutter contre toutes les formes de discrimination à l’embauche.