Jacques Chirac ébloui

Publié le par Roffat

Voici le texte de la déclaration du président Jacques Chirac, vendredi à sa sortie de l'hôpital militaire du Val de Grâce à Paris:

"Je voudrais, tout d'abord, vous remercier d'être ici, vous remercier d'avoir accepté les contraintes des attentes, dont j'ai parfaitement conscience.
Je vous remercie, grâce à vous, de pouvoir saluer les Françaises et les Français, et je tiens à vous dire que je suis particulièrement heureux -quelle que soit la qualité des soins dont j'ai bénéficié- de rentrer chez moi.
Vous savez très exactement les raisons qui m'ont conduit à passer une semaine à l'hôpital, je n'y reviendrai pas. Mais je voudrais tout de même faire une réflexion, je dirais une fois de plus, mais qui chaque fois s'impose à ma pensée: je connais bien les hôpitaux, j'ai été longtemps président de l'Assistance publique, j'ai visité beaucoup d'hôpitaux, directement, ma femme également, et je suis toujours ébloui par la qualité à la fois technique et humaine de notre système hospitalier, qu'il soit civil ou militaire. Ebloui.
Vous dire qu'à la fois la compétence, la générosité, la gentillesse, le dévouement de l'ensemble des personnels des hôpitaux -depuis les plus éminents spécialistes, qui sont parmi les meilleurs du monde, et aussi l'ensemble des personnels, aussi bien soignants que de service. On est véritablement fier en France, et quand on est français, de ce dont nous disposons. Et je tiens à le souligner une fois de plus, car, je le répète, cette compétence, ce dévouement, exigent de la part de tous les Français d'en avoir conscience et de donner à ces hôpitaux, à ces personnels l'estime, le respect, la reconnaissance auxquels ils ont droit.
Alors maintenant je vais rentrer chez moi et reprendre mes activités. Les médecins m'ont recommandé, pendant une semaine, d'être raisonnable -je cite leurs propos- et donc je serai autant que possible raisonnable car je suis quelqu'un de discipliné. Donc je serai raisonnable et les choses vont se dérouler, je me sens, je vous le dis tout de suite, en très bonne forme.
Voilà simplement les quelques mots que je voulais vous dire. Pour ne rien vous cacher -et c'est mon dernier mot- pour ne rien vous cacher je commençais à avoir hâte de sortir. Ca, c'est un fait. Je commençais à trouver le temps long, surtout à l'heure du déjeuner, que je suis très content maintenant d'aller prendre. » AP

 

Je respecte profondément le personnel hospitalier militaire ou civil. J’avoue même une certaine admiration pour le milieu et les personnes. J’ai en effet travaillé comme Agent Hospitalier vacataire  trois mois d’été dans un bloc opératoire et comme Chargé de recrutement stagiaire dans un Cabinet de recrutement spécialisé dans le médical et le paramédical.

 

Je respecte aussi la fonction présidentielle. Ce que je trouve étonnant, c’est la capacité d’auto persuasion de notre Président. L’idée ne l’a pas effleuré qu’un Président puisse bénéficier d’un traitement de faveur. Les remerciements au personnel hospitalier, oui ! La reconnaissance de leurs compétences, oui ! L’éblouissement sur la qualité de notre système hospitalier, faut avoir des troubles de la perception pour ne pas voir le manque de moyens. On ne fréquente pas les mêmes services d’urgence !

 

J’espère qu’il faut mettre les propos de Jacques CHIRAC sur le compte de la fatigue et d’une altération temporaire de sa capacité de jugement parce que sinon, je suis assez inquiet pour l’avenir.

 

Publié dans Rouge

Commenter cet article