Sur-protection des salariés français

Publié le par Roffat

"Dans votre ouvrage, vous évoquez la sous-traitance internationale, peut-elle expliquer le chômage ?

Non, je ne le pense pas. Le plus gros problème vient de la protection des salariés.

C’est simple, tous les pays qui ont une législation permettant de licencier plus facilement, ont un taux de chômage inférieur au nôtre. La législation française provoque même des aberrations. Comme cela coûte extrêmement cher de licencier des employés après 50 ans, certaines entreprises ne veulent pas prendre de risque et se séparent de leurs collaborateurs à 47 ans !

Un autre exemple, il faut permettre aux personnes de pouvoir se lancer à leur compte très facilement. Beaucoup de mes clients auraient besoin d’un spécialiste du contrôle de gestion pour 8 mois seulement. Mais que font-ils de lui après ? Du coup, ils n’embauchent pas. En France, il y a du travail mais pas d’emploi. La sécurité de l’emploi est un leurre et d’ailleurs quelle sécurité aura-t-on avec un chômage à 15% ?

Un fait regrettable enfin, aucun gouvernement en France n’a pris la peine de consulter les cabinets de recrutement. Pourtant, ils sont en première ligne sur le marché de l’emploi. En Angleterre, l’équipe de Tony Blair consulte régulièrement les membres de notre profession."

Qestion de focusrh  / Réponse de Charles-Henri Dumon, PDG de Michael Page Europe

http://www.focusrh.com/cgi-bin/site/site-newsview.pl?Cty=fr&Mail=&News=0509012mm6ud

Encore un professionnel qui met en cause la sur-protection des salariés français. C'est certainement un frein à l'emploi mais il m'apparait aujourd'hui clairement que le problème du chômage est aussi lié à celui du coût et de la rareté du logement. Ce sera l'objet d'un article.

Publié dans Orange

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gérald Alexandre Roffat 11/09/2005 19:43

On attend l’auteur qui écrira le « Mars et Venus » de l’Ecole et de l’Entreprise car ces deux mondes coexistent sans se comprendre ! Les causes du chômage sont multiples comme l’ensemble des mesures qu’il faudra prendre pour l’infléchir. Un point de contact : l’élitisme qui casse les talents qui peinent à s’exprimer!

Pour ce qui est du manque d'investissement dans les sociétés innovantes, comme du manque d’investissement dans les projets à long terme, la réticence vient sans doute du manque de résultat à court terme à faire valoir lors du renouvellement de certains mandats électifs.

Jacques Froissant 11/09/2005 00:57

D'accord avec toi : le manque de flexibilité y contribue mais il y a beaucoup d'autres causes en particulier liées au système éducatif et au manque d'investissement massif dans les sociétés innovantes.
Consulter les cabinets de recrutement ...il a besoin de reconnaissance CHD ?