Dénombrement ethnique, qui suis-je ?

Publié le par Gérald Alexandre Roffat

Dénombrement ethnique, qui suis-je ?

Dans le quotidien Libération d’aujourd’hui, Jean Philippe Moinet, fondateur de l’Observatoire de l’extrémisme, ancien secrétaire général du Haut Conseil à l’intégration, écrit : « Attention au dénombrement ethnique ».

Il s’interroge ainsi : « Dans l’entreprise comme dans les associations, les quartiers ou la fonction publique, va-t-on classer les personnes en fonction de critères (Noirs, Blancs, Arabes, autres…) aussi subjectifs que choquants, aussi contestables qu’arbitraires ? Car comment établir précisément – scientifiquement – la notion de race, et est-elle objectivement définissable ? »

Cela m’est incompréhensible de faire des distinctions de races pour l’espèce humaine. Je croyais que la question était tranchée depuis le jour ou mon professeur de biologie au collège m’avait noté A+ un exposé qui faisait voler en éclats le concept de races humaines en se basant sur des travaux de génétique !

Pour Monsieur Moinet, le dénombrement ethnique « serait un cadeau aux extrémismes de tous poils qui font de la catégorisation ethnico-culturelle un fonds de commerce très prospère en France. »

Sans rentrer dans l’alarmisme gratuit, il serait utile de se rappeler que certaines démarches de dénombrements du même ordre ont parfois historiquement mal tourné.

Et puis, qui va décider de la catégorie ou me ranger ? Vous pouvez voir mon visage sur ce blog pourpre. C’est l’occasion de vous parler de mes origines.

Mon père est originaire de Rhône-Alpes, au plus près de la patrie d’Honoré d’Urfé dont on pu dire « Si Honoré n'avait pas eu pour berceau ce bocage perdu dans une province lointaine, où étincelait le joyau solitaire qu'est le palais d'Urfé, le Lignon ne serait pas connu de toute la terre et l'Astrée n'aurait pas enchanté les veillées de Mme de Sévigné, de La Fontaine, de Racine et même de Rousseau. » Suis-je blanc ?

Ma mère est originaire de Madinina, l’ile aux fleurs, patrie de l'impératrice Joséphine. La famille maternelle de ma mère est originaire d’Inde. Les racines de la famille paternelle de ma mère sont inscrites en nous mais demeurent inconnues comme les origines de mes arrières grands parents maternels et paternels. D’où venaient-ils ? Suis-je noir ? Indien ? Métis ? Avec ma gueule de métèque qui osera choisir pour moi une case qui sera de toutes façons trop étroite.

Jean-Philippe Moinet propose d’utiliser le critère « du pays (ou de la région) du lieu de naissance (de soi-même, de ses parents ou grands-parents ». Il ajoute : « Même s’il n’est qu’un indicateur imparfait d’appartenance ethnique ou culturelle, ce critère géographique, donc incontestable, figurant dans tous les états civils, peut donner des indications, une tendance, par exemple en matière de recrutement dans les entreprises. » Cette idée pourrait « renforcer l’approche quantitativiste du problème » sans contredire « notre Constitution et notre édifice juridique, qui exclut « toute distinction de race ou de religion », […] ».

Est-ce que je fais partie d’une minorité ? Est-ce que je suis potentiellement victime de discrimination ? Je n’en ai pas l’impression. En fait, je ne sais pas. Par contre, ma conviction est que la sensibilisation est la meilleure arme contre la discrimination. Il faut sans cesse expliquer pourquoi la société française peut tout perdre avec la discrimination et le communautarisme. Il faut sans cesse expliquer ce que la France va gagner en promouvant la diversité.

C’est la richesse de sa faune et de sa flore qui fait de l’Amazonie un trésor pour l’humanité. C’est la diversité des talents d’une équipe qui fait sa force. C’est la diversité qui sauve la vie sur Terre quand de multiples espèces disparaissent chaque année.

Publié dans Orange

Commenter cet article