Bon démarrage d'Azouz Begag

Publié le par Roffat

Le ministre délégué à la Promotion et l’égalité des chances : "Je veux que les discriminations soient vraiment traitées comme un délit"

Azouz Begag s'explique sur sa mission, ses objectifs et sa place au sein du gouvernement Villepin dans une entrevue accordée au quotidien metro (19/09/2005) : http://www.metrofrance.com/site/home.php?sec=contenu&Idarbo=21&Idarbo1=138&content=1&id=50777&resec=liste_complete&vi=2

Extraits :

« Pourquoi refusez-vous donc de parler de discrimination positive ?
Je n’utilise plus ce terme qui est galvaudé. Je suis le premier à l’avoir intronisé en France, en 1994, j’ai travaillé en tant que chercheur CNRS sur cette question. Aujourd’hui, cette idée est associée à la religion, et à l’Islam en particulier. Dès l’instant où l’on a commencé à nommer des responsables de l’administration en fonction de leur religion, en associant diversité et Islam, on a biaisé le chantier, parce que la religion n’a strictement rien à voir dans cette action d’égalisation des chances.

Dans la pratique, que faites-vous alors ?
Dans la pratique, nous favorisons le vivier de la diversité. Je parle beaucoup des citoyens des Dom-Tom. A leur propos, on ne peut parler ni d’immigration ni de religion. C’est bien la couleur de la peau qui fait le handicap, qui initie la discrimination chez l’autre. C’est la question de la visibilité physique qui détermine la visibilité sociale. »

C’est l’occasion pour moi de revenir sur mes réactions à sa nomination il y a quelques mois :

« La nomination d’Azouz Megag ne m’a pas fait sauter au plafond (ni de joie ou d’excitation, ni de rage ou de dépit). J’attends de voir pour juger de l’efficacité de son action comme pour les autres car je cherche toujours à me débarrasser de mes préjugés (déformation professionnelle). 

[…]Sa nomination est bien évidemment politique. On en a vu d’autres. Pourtant, même si je trouve la ficelle un peu grosse, je ne veux pas y voir « L'usage du beur de service ». Ce Monsieur a peut être des solutions. Il est peut être un peu plus qualifié que d’autres politiciens de droite (et de gauche) sur le sujet. Je demande à voir. Il est ministre délégué à la Promotion de l'égalité des chances. Ce n’est pas qu’une question d’intégration.

Pour ma part, l’existence de modèles positifs accessibles auxquels peuvent s’identifier des personnes en difficultés me semble porteur d’espoir.

[…]A chacun de se mobiliser. Monsieur le ministre, Azouz Megag n’est pas simplement le « beur de service ». C’est un ministre avec une mission, des moyens et une exigence de résultats. Le pouvoir cherche évidemment à l’instrumentaliser mais en contre partie, il a un réel pouvoir d’action et de communication. C’est une bonne chose s’il sait se montrer volontaire. Comme les autres ministres de ce gouvernement, j’attends qu’il se montre digne de sa fonction. Je dois avouer que j’ai des doutes, comme pour les autres. J’attends.» (http://recrutement.over-blog.com/article-431286-6.html#anchorComment)

Aujourd’hui, je commence à percevoir un peu mieux le personnage. Et je dois dire que ces orientations me semblent pleines de bon sens. Loin de la démagogie de certains politiques qui continuent à « biaiser le chantier ». Alors ne crions pas trop vite « bravo » mais saluons le « bon démarrage ».

Publié dans Orange

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Little Brother 17/12/2005 21:13

Tombe le masque d'Azouz...

Gérald Alexandre Roffat 18/09/2005 21:37

Cette expression « des arrangements avec la République » est indigne d’un ministre. Merci Oliviegntchik pour ton complément d’information. Pour le moment, la seule chose qui m’intéresse est le combat contre la discrimination et le rejet du communautarisme et de la discrimination positive. Sur ce sujet, plutôt Begag qu’un Sarkoziste, pour le moment.

Oliviegntchik 18/09/2005 20:02

Le 7 septembre 2005, Jean-Pierre Elkabbach a interviewé sur Europe 1 Azouz Begag, le ministre délégué à la Promotion de l'égalité des chances.

Questionné sur la polygamie, Azouz Begag a ironisé et estimé qu’on pouvait « trouver des arrangements avec la République ».

http://www.m-r.fr/actualite.php?id=1147

Un bon démarrage du ministre qui fait suite à un joli dérapage qui met bien en lumière le double langage permanent du personnage, donneur de leçon en républicanisme le jour, contorsionniste le soir pour défendre un communautarisme qui n'ose pas dire son nom.
Pour moi c'est clair, c'est Azouz Degage.