M'énerve! (2)

Publié le par Gérald Alexandre Roffat

Pour faire suite à l’article « M’énerve ! » :

Sur le droit de manifester et sur le droit de grève,  la fin ne justifie pas les moyens, à mon sens. Quand des routiers bloquent la circulation, sont-ils dans leurs droits ? Quand on brûle le McDo’ d’autrui (car McDo’, c’est aussi des franchisés), est-ce condamnable ? Quand on fauche le champs de maïs d’autrui, est-on dans son droit ? Quand on séquestre un patron, est-on dans son droit ?

Le droit de grève ou de manifester est-il le droit de déranger autrui pour faire pression sur le gouvernement ? Je ne pense pas.

En fait, je reproche aux syndicalistes français en manque d’effectifs de prendre assez régulièrement en otages les non grévistes ! Pour Jean-Claude Mailly, secrétaire de FO, s’exprimer c’est déranger un maximum de monde. Voilà ce qui me dérange. Avec un taux de syndicalisation à 7%, le plus faible des pays les plus développés, le syndicaliste de base se prend pour un « chevalier blanc » ! C’est irréel. Ce sont les mêmes qui voudraient faire du travail un droit. Si seulement 30% des travailleurs descendaient dans la rue un dimanche (en réponse à  LS) l’impact serait loin d’être négligeable !

Par ailleurs, le tableau suivant est assez instructif :

LES 10 PAYS QUI FONT LE PLUS GREVE

RANG

PAYS

1995

2001

1

FRANCE

5 883 200

1 807 250

2

ESPAGNE

1 457 100

1 802 360

3

ITALIE

909 300

1 005 430

4

ROYAUME-UNI

414 700

525 100

5

BELGIQUE

100 200

142 620

6

IRLANDE

130 300

114 610

7

FINLANDE

869 420

60 650

8

DANEMARK

197 310

59 500

 

PAYS-BAS

691 480

45 100

10

PORTUGAL

62 870

41 480

EN NOMBRE DE JOURNEES INDIVIDUELLES NON TRAVAILLEES. SOURCE : EUROSTAT.

 Ceci dit, on s’améliore. Passer de 5 883 200 à 1 807 250 journées individuelles non travaillées, c’est plutôt bon signe…

Publié dans Orange

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gérald Alexandre Roffat 29/09/2005 23:52

Je ne vais pas pleurer sur le sort de ces pirates!!! On imagine bien que le but recherché est ailleurs que dans le sauvetage de la SNCM. Ce n'est pas neutre de voir le Syndicat des travailleurs corses (STC) agir ainsi. M'énerve!

Dabooo en colÚre aprÚs les tarés 28/09/2005 16:38

Je crois que le sommet a été atteint ces derniers jours avec les barges de la sncm! Déjà ce qu'ils ont fait aux gens qui voulaient rentrer au bled c'était à vomir mais le détournement de bateau là c'est hors catégorie...aucune pitié pour ces gens-là...moi ma mère a eu plein d'emmerdes avec son ex-patron (et encore puisqu'ils sont en procès), elle a été licenciée 2 fois mais c'est pas pour autant qu'elle a lâché la rampe...

ls 28/09/2005 10:10

On est d'accord !

Par contre ce qui m'énerve c'est d'être pris en otage lors de grèves de la RATP, SNCF, .....

Gérald Alexandre Roffat 27/09/2005 22:27

Pour le corps médical et paramédical, je partage ton souhait de voir davantage pris en considérations les revendications de ces acteurs de la santé publique.

J’ai la chance d’avoir travaillé trois étés comme agent hospitalier vacataire au bloc opératoire de l'hôpital Henri Mondor à Créteil, il y a environ dix ans. J’imagine qu’avec les 35 heures, la situation ne s’est pas améliorée pour le personnel et les patients.

En outre, mon expérience en cabinet de recrutement spécialisée dans le médical et le paramédical me fait dire que la dernière canicule meurtrière n’est qu’un avant-goût des drames qui se préparent en France avec le vieillissement de la population, l’abandon des personnes âgées par notre société à leur solitude et le manque d’infirmières libérales qui se fait de plus en plus criant.

Pour défendre la santé publique, je suis prêt à défiler avec toi et les acteurs de ce secteur à la première occasion. Rendez-vous est pris.

ls 27/09/2005 21:27

Si seulement 30% des travailleurs descendaient dans la rue un dimanche (en réponse à LS) l’impact serait loin d’être négligeable !

Je ne suis pas contre, plutôt pour même.

Je pense que le problème n'est pas de faire une manisfestation un jour férié ou de congés ou de repos ....

C'est de faire grève et d'être entendu.

Quand on sait que le corps médical fait grève et a de réelles revendications. Mais au final, il n'est pas écouté. Je trouve ça très grave, surtout que dans ce genre de cas il s'agit de vie.