Sur l’emploi des stagiaires en recrutement en particulier et des stagiaires en général

Publié le par Gérald Alexandre Roffat

Sur l’emploi des stagiaires en recrutement en particulier et des stagiaires en général :

Certains considèrent comme une hérésie la participation de stagiaires au processus de recrutement dans l’entreprise. Oliviegntchik écrit, par exemple, dans son petit observatoire du recrutement : « La probabilité de voir son dossier analysé par une personne ne connaissant pas l'entreprise, ne disposant d'aucune connaissance métier, n'étant juridiquement même pas membre de l'entreprise est une réalité. »

http://obsdurecrutement.free.fr/index.php?2005/10/05/1040-stagiaires-recruteurs

L’objet d’un stage n’est théoriquement pas de participer à l’activité réelle de l’entreprise. Sur lentreprise.com, on peut lire : « arrêt de la Cour de cassation du 17 octobre 2000 : les magistrats ont reconnu que le stagiaire demandeur était réellement intégré à l'entreprise, qu'il avait généré du chiffre d'affaires mais que cette activité s'inscrivait dans le cadre de sa convention de stage. Autrement dit, il faut véritablement que le travail demandé au stagiaire soit contraire aux termes de sa convention de stage pour que les juges requalifient son contrat. »

http://www.lentreprise.com/article/1.1580.1.288.html

La situation n’est pas nouvelle. Bon nombre de sociétés « consomment du stagiaire ». Je peux citer les sociétés de communication et les sociétés d’intérim, par exemple. On emploi des stagiaires au lieu d’embaucher. C’est assez simple. Mon sentiment est que face à cette situation, certains se trompent de cibles.

Plutôt que de dire : « les entreprises laissent pour des raisons de coûts leur recrutement à des néophytes qui n’y connaissent rien », je préfère dire : « Obligeons les entreprises à indemniser leurs stagiaires car ils participent à la création de richesses. »

Combien de temps faut-il à un salarié pour connaître son entreprise ? Combien de temps faut-il rester en observation avant de pouvoir recruter pour une société ? La qualité de l’analyse d’un dossier de candidature dépend, à mon sens, de la qualité de la méthode. Mieux vaut un stagiaire avec une bonne méthode qu’un salarié avec une mauvaise méthode.

Les stagiaires en recrutement font en général des études en ressources humaines. S’ils n’ont pas les connaissances métier, je pense que certains peuvent participer au processus de recrutement de manière satisfaisante s’ils sont bien encadrés. Le stagiaire est en phase d’apprentissage mais il peut apporter sa contribution. On doit simplement apporter aux « novices » du travail en fonction de leurs capacités.

Je ne suis pas choqué par l’existence de stagiaires en recrutement. J’ai été stagiaire en recrutement et cela m’a ouvert les portes de la société pour laquelle je travaille aujourd’hui. Ce qui me choque c’est plutôt de voir des stagiaires travailler sans contreparties (au minimum les indemnités basiques pour la restauration et le transport).

Pourquoi ne pas généraliser les contrats de professionnalisation et supprimer les stages de longues durée non rémunérés ?

L’emploi de stagiaires sur un processus de recrutement n’est pas déshonorant pour la fonction ressources humaines. C’est une relation gagnant-gagnant. L’alternance entre le théorique et la pratique est un facteur clef du développement de la compétence. C’est l’exploitation des stagiaires qu’il me semble falloir dénoncer et pas l’emploi de stagiaires en lui-même.

A cet effet, j’ai signé la pétition qui demande une réforme du statut des stages :

http://www.generation-precaire.org/article.php3?id_article=6#sp6

Je l’ai aussi posté directement au chef du gouvernement :

http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_ministre/ecrire

Publié dans Orange

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article