Bientôt 2006, l'année de l'égalité des chances et du football

Publié le par Gérald Alexandre Roffat

Bientôt 2006, l’année de l’égalité des chances et du football. Et un, et deux, et trois témoignages contre la discrimination positive !

Smiley 0133.gif

 

 

1) Robert Badinter, sénateur (PS) des Hauts-de-Seine, ancien garde des Sceaux et ancien président du Conseil constitutionnel déclare dans une interview accordée à Alexis Lacroix, dans le Figaro :

« Je refuse le défaitisme. Je suis un enfant de la République, et je garde dans mon bureau l'acte de naturalisation de mes parents. Tous deux étaient des Juifs russes, originaires de Bessarabie. Mon père, étudiant révolutionnaire de sensibilité pacifiste, est arrivé à Paris après la Révolution russe. C'est là qu'il a connu ma mère. Celle-ci, venue en France avant la guerre de 14, a bénéficié, durant toute son enfance, de l'enseignement de l'école républicaine... C'est elle qui a appris la langue française à ses parents ! Plus tard, mon père interdisait qu'on parlât à la maison une autre langue que le français. Il est difficile aujourd'hui de se représenter ce qu'était le patriotisme républicain des immigrés de l'Europe orientale.

 

J'ai la conviction que la République ne saurait renoncer à l'universalisme qui la fonde. Le principe d'universalité, c'est la reconnaissance des mêmes droits pour tous, et celle-ci n'implique aucunement la négation des différences. Je récuse le projet d'une République communautarisée. Pratiquer des distinctions entre les citoyens selon leurs origines est contraire à l'esprit de la République : la «discrimination positive», porteuse d'une institutionnalisation des différences, est pour moi irrecevable. En revanche, combattre la discrimination négative sous toutes ses formes, notamment quand elle s'exerce contre les «blacks» et les «beurs», est un impératif pour la République. »

Lire l'interview complète

« Badinter - Rémond : le «modèle français», un universalisme singulier, Propos recueillis par Alexis Lacroix [20 décembre 2005] »

Smiley 0133.gif

 

 

 

2) Xavier Van Lierde, journaliste au magazine Monde & Vie, écrit dans la tribune « Voix des Français », je cite :

« Plus que d’assurer l’égalité des chances comme on veut le faire croire aux Français, la discrimination positive à la française vise donc explicitement à assurer une égalité de fait par la force de la loi, en prescrivant de façon contraignante non plus seulement des interdits, mais des actions positives. Il s’agit donc d’un projet de nature totalitaire* qui menace gravement la liberté de choix de nos concitoyens et viole le principe républicain de liberté.

De la même façon, en instaurant nécessairement des dispositifs de quotas formels ou non, en multipliant les droits dérogatoires et les passe-droits, la discrimination positive viole le principe d’égalité des citoyens devant la loi et rétablit un édifice juridique marqué par l’octroi de privilèges à certaines catégories de la population.

Enfin, en privilégiant ainsi certaines catégories de la population au détriment des autres, la discrimination positive va nécessairement créer du ressentiment, de la jalousie. En scindant la communauté nationale en une multitude de communautés définies en vertu de la race ou de l’origine et dépositaires de droits spécifiques, il va remplacer la saine émulation entre individus par une rivalité malsaine entre communautés ethniques et introduire le ferment de la discorde entre les Français. Loin de revitaliser le pacte républicain, la discrimination positive viole donc le principe républicain de fraternité. » Extrait de la tribune « Voix des Français »

Lire la tribune complète

* Note du blog pourpre (Une société est totalitaire quand elle veut s'occuper de tous les aspects de la vie (même et surtout les aspects intimes comme la religion, la sexualité, ...). Une des plus grandes personnes à avoir pensé ce sujet est Annah Arendt (La naissance des totalitarismes par exemple).
www.ogmdangers.org/intro/faq/glossaire.htm)

Smiley 0133.gif

 

3) samuel Thomas, vice-président de SOS-Racisme, déclare à Boris Thiolay, dans l’Express du 10/11/2005, je cite :

« C'est une méthode inacceptable, aberrante et dangereuse. Tout d'abord, elle est en contradiction avec notre principe républicain d'égalité de traitement entre tous les citoyens. Sous couvert de bonne volonté pour favoriser la diversité dans les entreprises, on entérine le fait que la couleur de peau ou l'origine «visible» peut devenir un critère de recrutement. C'est exactement l'inverse qu'il faut défendre: un recrutement juste et équitable ne doit reposer que sur les compétences objectives du candidat, en bannissant toutes les considérations relatives à quelque particularisme que ce soit (l'origine, le sexe ou l'âge).

Jusqu'à présent, les sociétés qui ont eu recours à la classification ethnique de leurs employés s'en sont servies à des fins discriminatoires. Les logiques de discrimination sont perverses: on peut très bien embaucher des personnes de couleur, mais les cantonner dans des postes subalternes ou des fonctions qui n'engagent pas l'image de l'entreprise, en anticipant sur les possibles réactions négatives de la clientèle ou des partenaires économiques. En réalité, la mise en place de quotas à l'embauche, au nom d'une plus grande diversité, ne garantit pas l'égalité.

Pour lutter contre les discriminations, nous devons précisément réaffirmer ce principe d'égalité en saisissant la justice chaque fois que cela est nécessaire. La discrimination est un délit grave qui doit être sanctionné. Par ailleurs, il existe aujourd'hui des formations permettant aux cadres chargés du recrutement de faire évoluer les mentalités et les pratiques au sein des entreprises. »

Lire l'intervention complète

Publié dans Orange

Commenter cet article

Chouan 24/12/2005 00:00

J'ai parcouru votre blog. Il est très pertinent. J'ai un peu de mal, en quelques articles et en quelques minutes à vous situer, mais je vois que vous faites preuve d'un certain esprit d'ouverture, en citant pas exemple le magazine "Monde&Vie". Vous n'êtes donc pas un homme sectaire. Vous avez donc ce dénominateur commun à toutes les personnes de bonne foi. C'est l'essentiel pour instaurer le dialogue.
A bientôt, longue vie à votre blog !

Pas de pseudo: Gérald Alexandre Roffat 24/12/2005 13:38

Merci et  bienvenue sur ce blog. Je lis en ce moment (il est dans ma mallette pour les trajet ratp) un ouvrage sur la vie de François-Athanase Charrette de la Contrie :) Je n’avais pas à ma connaissance de visiteurs chouans sur le blog pourpre. Voilà un invité de plus et c’est bien ainsi. L’esprit d’ouverture me paraît en effet faire défaut à bon nombre de gens. J’essaye de lutter contre mes préjugés et de développer mon sens critique. J’espère que votre contribution pourra m’y aider.
A bientôt. Joyeuses fêtes de fin d’année à tous